L'Union du Cantal 02 mars 2016 à 08h00 | Par P.Olivieri

SiteW.com : la start-up cantalienne qui démocratise la création de sites

Fondé par deux jeunes ingénieurs en informatique, SiteW.com permet aux internautes de créer leur site web. Déjà 1,2 million de clients y ont eu recours en France et à l’étranger.

Abonnez-vous Réagir Imprimer

Le son des cloches tout proche rythme, efficacement et mélodieusement, leur journée de travail. Car c’est dans les locaux discrets du presbytère accolé à l’église de Yolet qu’il faut aller chercher la “dream team” de SiteW.com. Les voies du seigneur sont impénétrables, paraît-il, cette équipe de jeunes développeurs a elle choisi d’ouvrir la voie de la création de site à la portée du quidam moyen. Devenue en peu de temps l’un des trois leaders français et un acteur européen de poids de la création de sites internet, la société, made in Cantal comme elle se revendique, a été créée il y a sept ans par deux férus d’informatique et de web : le Cantalien Fabien Versange et son associé Cédric Hamel qu’il a connu derrière les écrans de l’Insa de Toulouse, l’Institut national des sciences appliquées, dont tous deux sont sortis diplômés avec le titre d’ingénieur en informatique. Une start-up passée par le nid porteur de la couveuse d’entreprise aurillacoise Altitude et qui a affiché ces cinq dernières années une croissance à deux chiffres avec une progression en moyenne de 15 % de son chiffre d’affaires qui a atteint l’an dernier le demi-million d’euros.

Une TPE face à des sociétés cotées en bourse

SiteW.com peut aujourd’hui se targuer d’être à l’origine de 1,2 million de sites web et de voir l’une de ses trois formules de création testée chaque jour par 600 nouveaux internautes. Des performances que livre en toute modestie Fabien Versange, qui ne semble ni surpris ni impressionné par cet essor rapide et remarquable. “Quand on s’est lancé avec l’idée de permettre à n’importe qui de créer de façon autonome, rapide et simple, son propre site, on savait que le marché était gigantesque, explique le jeune entrepreneur. Durant nos études, on était sollicité par nos proches pour faire des sites pour des artisans, des chambres d’hôtes et on s’est dit qu’il y avait un marché pour affranchir les particuliers et professionnels de toutes les contraintes techniques nécessaires pour concevoir un site. À cette époque, il y avait peu d’offres sur le marché, et, parallèlement, les évolutions techniques étaient favorables. D’ailleurs, nos principaux concurrents, israéliens, allemands, américains, ont aussi démarré à cette période.” Des concurrents dont certains sont cotés en bourse...

En quelques années, l’équipe de la start-up s’est étoffée, passant de deux associés à six personnes.
En quelques années, l’équipe de la start-up s’est étoffée, passant de deux associés à six personnes. - © P.O.

SiteW.com s’attaque au marché hispanophone

La force du concept SiteW.com : la liberté totale de création offerte à l’internaute, contrairement “aux trois quarts des sites du marché qui sont assez figés dans leur offre”, indique Fabien Versange. Autre botte de l’outil cantalien : la rapidité de conception (en moins d’une heure, un site basique peut être mis en ligne avec un fonctionnement très intuitif) et l’ergonomie des sites. “On fait vraiment le maximum pour que les sites de nos clients offrent une navigation agréable, mais ce qui fait aussi notre plus-value, c’est l’accompagnement qu’on assure aux clients.” En l’occurrence des réponses rapides aux questions posées par les internautes, par mail essentiellement, 12 heures sur 24 (en journée), 7 jours sur 7. Des clients que l’équipe conseille ainsi à distance. Ce qui ne l’empêche pas d’avoir une typologie précise de cette clientèle, composée à 58 % de professionnels, 32 % de particuliers et 10 % d’associations. Paradoxe : 98 % des sites créés le sont avec la formule à... 0 €. Une formule pour un site simple (cinq pages, avec galerie photos, textes courts et carte de localisation) qui permet de faire connaître et tester SiteW.com, avant, le cas échéant, d’évoluer vers les formules payantes Premium ou Pro(1). Comme dans ces conditions générer des recettes ? “Les 2 %(2) restant suffisent”, glisse Fabien Versange qui, avec son associé, ne manque pas de projets. Après avoir décliné SiteW.com en version anglophone, puis en allemand (une seconde option qui ne s’est guère avérée payante), l’équipe compte s’attaquer au marché hispanophone avec une version espagnole d’ici l’été. Une carte de plus pour se développer à l’international qui représente actuellement 20 % de l’activité (essentiellement encore dans les pays francophones). Dans les toutes prochaines semaines, SiteW.com devrait également être décliné en responsive design (avec des sites créés compatibles sur mobiles et tablettes) et la société s’attelle à un autre gros chantier : développer la personnalisation graphique proposée aux internautes avec une palette démultipliée de polices, couleurs, images de fond disponibles.

(1) Formule Premium à 8 €/mois avec nom de domaine, nombre de pages illimitées ; formule Pro à 24 €/mois pour la création de boutiques en ligne. (2) Soit quand même 5 000 clients actifs.

 

 

Plus d'infos à lire cette semaine dans L'Union du Cantal.

Droits de reproduction et de diffusion réservés.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Union du Cantal se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 19 unes régionales aujourd'hui