L'Union du Cantal 20 janvier 2016 à 08h00 | Par Jean-Marc Authié

Un “contrat sur-mesure” pour le Cantal d’ici trois mois, annonce Laurent Wauquiez

La première sortie officielle en Auvergne du tout nouveau président Région Auvergne-Rhône Alpes a été réservée au Cantal, auquel Laurent Wauquiez veut dédier un plan spécifique.

Abonnez-vous Réagir Imprimer

Après une sortie sur le terrain agricole du côté de Saint-Simon (lire ci-dessous), Laurent Wauquiez a échangé samedi avec le président Descœur et son équipe sur les dossiers prioritaires pour le Cantal. Un département qui ne veut pas être en marge de la grande Région et qui l’a fait savoir. Un message que Laurent Wauquiez semble avoir entendu. Il y avait eu des promesses faites lors de la campagne. “Aujourd’hui, c’est pour moi l’occasion de formuler un certain nombre de points afin de voir la Région revenir auprès du Département autour de projets d’importance. On a jeté les bases de ce qui pourrait être demain un contrat entre la Région et le Département”, se félicitait Vincent Descœur.

Vincent Descœur, président du Département, a reçu Laurent Wauquiez, président de la Région, pour sa première visite officielle en Auvergne. Ce dernier était accompagné de Martine Guibert, vice-présidente, et Alain Marleix, en charge des relations extérieures.
Vincent Descœur, président du Département, a reçu Laurent Wauquiez, président de la Région, pour sa première visite officielle en Auvergne. Ce dernier était accompagné de Martine Guibert, vice-présidente, et Alain Marleix, en charge des relations extérieures. - © J.-M. A

“On va veiller sur le Cantal et ça va se voir vite”

Pêle-mêle, le président évoque les routes, la ligne aérienne, le développement et la promotion du tourisme, le numérique, le pôle universitaire, mais aussi l’agriculture, les PME, le sport... Laurent Wauquiez ne semble pas être venu les mains vides. “La ligne elle est très simple. Le Cantal est loin de Lyon mais moi, je suis près du Cantal. L’objectif est de veiller sur le Cantal, ça va se voir et ça va se voir vite.” Avec ce premier déplacement officiel en Auvergne, “c’est un signe très fort envoyé à tous les Cantaliens”. Cet intérêt pour le Département va se traduire par un “contrat spécifique d’engagements pour le Cantal, un contrat sur-mesure qui permettra de cibler des actions prioritaires sur lesquelles on va mettre le paquet”. Premier volet, les routes. “La Région ne finançait plus l’investissement sur les routes. N’importe quoi ! Dans le Cantal, on sait très bien que le désenclavement, c’est pas le ferroviaire, c’est les routes.” Alors que le sénateur Mézard est en train “de se battre pour trouver des financements sur le contournement d’Aurillac. En fonction des nouvelles qu’il annoncera, s’il manque de l’argent, je viendrai compléter”, promet le chef de l’exécutif régional. Autres enjeux routiers importants, la jonction à l’A75. Par déclinaison, Laurent Wauquiez va donc étudier le contournement de Murat, celui de Saint-Flour, l’aménagement d’un créneau de dépassement pour faire progresser l’itinéraire de la RN122 vers Massiac. À l’étude également, la partie maursoise avec la jonction ouest en direction de Figeac et quelques préoccupations autour de Mauriac (contournement de la sous-préfecture, déviation de Salins...). “On ne pourra pas tout traiter, mais la Région va venir sur les routes”, insistait le président Wauquiez. Pour ce faire, l’élu régional souhaite faire inscrire ce volet au contrat de plan État-Région. Deuxième sujet, l’économie. “On va travailler sur l’ensemble du tissu de proximité (PME, commerçants, artisans) sur lequel je veux que l’on mette en place un plan spécifique qui sera commun Cantal, Haute-Loire, Ardèche, et que nous appellerons “la Région pour tous”. Cela veut dire que l’on donnera plus aux territoires qui en ont le moins”. L’occasion d’annoncer aussi un partenariat à venir avec le Stade aurillacois, mais aussi avec le tourisme. “On a la chance d’avoir le Lioran, on a le site du Puy Mary et puis il y a cette question sur un équipement pour l’Ouest-Cantal, sans compter Saint-Flour et son positionnement sur les festivals.” Enfin, Laurent Wauquiez évoquait l’enseignement. “J’ai parlé de l’IUT d’Aurillac à Lyon. On était sur les métiers du numérique et je leur ai dit qu’à Aurillac, ils avaient un talent pas possible et qu’ils étaient aussi mobilisés dessus.” Et de conclure : “On va essayer de porter tout cela ensemble. Que les Cantaliens sachent que je serai à leurs côtés. C’est un beau défi.” Défi qui devrait être relevé en 100 jours, soit opérationnel d’ici la fin mars.

 

Plus d'infos à lire cette semaine dans L'Union du Cantal.

Droits de reproduction et de diffusion réservés.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Union du Cantal se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,