L'Union du Cantal 16 mars 2011 à 14h23 | Par J.-M. Authié

Zac de La Sablière : la Caba et la Ville d’Aurillac poussent un “ouf” de soulagement

Jacques Mézard et Alain Calmette ont soutenu, le 9 mars, le nouveau projet de la Sablière devant la Commission nationale d’aménagement commercial. Celle-ci a donné un avis favorable.

Abonnez-vous Réagir Imprimer

C’est avec un certain soulagement que Jacques Mézard, président de la communauté d’agglomération du bassin d’Aurillac, et Alain Calmette, maire d’Aurillac, ont annoncé la nouvelle lundi. La Commission nationale d’aménagement commercial (CNAC) a donné un avis favorable sur le nouveau projet de la Zac de La Sablière. “Nous sommes ravis de cette décision car une décision contraire aurait été un foin pas possible. Cela va permettre maintenant de lancer la suite des opérations sans attendre, même s’il y a des recours”, se félicitait le sénateur. L’avenir, c’est donc un dépôt du permis de construire courant du deuxième trimestre pour un premier coup de pioche espéré en 2012

Jacques Mézard et Alain Calmette.
Jacques Mézard et Alain Calmette. - © J.-M.A.

“J’ai dit, devant le Commission, tout ce que j’avais à dire”

 

Car derrière cette décision, le groupe Carrefour a confirmé sa volonté “très forte” d’aller jusqu’au bout et ce, quels que soient les obstacles, confirmait Jacques Mézard. “L’important aujourd’hui, c’est qu’il est temps que ceux qui bloquent pour la défense de leurs intérêts privés, ce qui est respectable, aillent vers la sagesse. C’est considérer le fait de ne plus bloquer les dossiers qui permettent le développement économique du territoire, accepter l’installation d’enseignes modernes, de faciliter la concurrence...” Mais dans la défense du dossier, Jacques Mézard est allé un peu plus loin. “Devant la Commission, j’ai dit tout ce que j’avais à dire, les raisons du blocage, les différents intérêts en jeu. Un territoire ne peut être prisonnier d’une enseigne, du groupe Casino. Mais ce n’est pas une particularité aurillacoise. C’est un groupe qui fait systématiquement des recours en France. Il détient d’ailleurs 30 % des recours au niveau national.” Et de conclure : “Le dossier de La Sablière réunit les faveurs du Département, de la Région, des représentants des consommateurs siégeant à la CDAC et des services de l’État. Alors un groupe peut-il bloquer le développement d’un territoire devant l’unanimité des collectivités ?” La Commission nationale a visiblement été sensible aux propos des deux élus de la Caba. “Nous avons fait valoir tous nos arguments, a expliqué le maire d’Aurillac. Ce qui a changé, c’est le redimensionnement du projet et la cohérence d’un projet lié à la RN 122. Ils ont également compris le retard que l’on avait par rapport à un aménagement commercial digne de ce nom. Et puis il faut rappeler que c’est un projet privé de 60 millions d’euros sans un denier venant du public et qui va dans le sens d’un équilibre économique et commercial.” De plus, A. Calmette s’est félicité de l’intérêt porté par le groupe Carrefour au dossier. En effet, au-delà de La Sablière, Carrefour est en passe de signer un partenariat avec la Ville “afin de faciliter les achats dans les commerces du centre-ville. C’est également un engagement de leur part dans le soutien à la vie associative”. De là à imaginer que Carrefour devienne l’un des partenaires du Stade !

 

 

 

 

 

 

Plus d'infos à lire cette semaine dans L'Union du Cantal.

Droits de reproduction et de diffusion réservés.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Union du Cantal se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,