L'Union du Cantal 13 mai 2003 à 00h00 | Par Benoît Parret

Valporcs en pleine expansion - Un outil pour valoriser le porc de montagne

Un an après son lancement, la SAS Valporcs a atteint ses premiers objectifs de mise en barquette de porcs découpés sous signe de qualité. Cette entreprise correspond à un des maillons de la filière "Porcs de montagne". Sur son site de Saint-Flour, elle souhaite s´agrandir dès 2004 et tripler sa surface de travail avec à la clé 25 emplois directs.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
- © AA
A chaque conseil communautaire du pays de Saint-Flour revient le nom de Valporcs. Depuis le 19 avril 2002, cette nouvelle entreprise s´est installée dans les anciens abattoirs de la cité du Vent. La ville a revendu ce site, fermé au début des années 90, à la communauté de communes qui le loue à cette société de découpe et de conditionnement de viande de porc.Triplement de la surface de travailLe futur atelier-relais (1 million d´euros de la collectivité et 750 000 euros de la société pour 25 emplois) s´étendra sur 1 200 m2 contre 400 m2 actuellement (7 emplois). Il couvrira l´augmentation des volumes et la diversification des produits (saucisses dès cet été en partenariat avec le lycée agricole de Volzac et, à terme, la salaison). "L´idée est d´aller jusqu´au bout pour valoriser la plus grande partie de l´animal", confie le PDG de Valporcs, Eric Bruley. Pour l´heure, l´activité est passée de 40 porcs par semaine à 150, fournis par le groupement de producteurs MC Porcs. Cela correspond à 1 500 barquettes d´épaules et de longes, soit une valorisation d´environ 25 % de l´animal. Une partie de la viande rejoint à Bourg-en-Bresse Les salaisons Saint-André, spécialisées dans la rosette de Lyon, dont la zone IGP s´étend jusqu´au Cantal. Les porcs sont abattus à Neussargues, distante de 25 km. Demain, la valorisation de 500 porcs par semaine s´appuiera également, c´est un souhait chez Valporcs, sur le pôle viande d´Aurillac. Une filière en constructionLa jeune société sanfloraine a trouvé dans le Cantal un outil adéquat pour son démarrage et idéalement situé dans sa logique de produits de qualité. L´abattoir de Saint-Flour était en friche, mais correctement équipé sur le plan de l´atelier de découpe. Il est placé à proximité de l´autoroute A75 et au centre de la zone de production de 500 000 porcs en zone de montagne sur le grand Massif central. L´avenir de Valporcs repose en effet sur le cinquième signe de qualité et d´origine "montagne"."Ici, il n´est pas possible d´égaler les grands bassins d´élevage et les importations à venir des nouveaux pays de l´Union européenne, précise Eric Bruley. Nous devons jouer la différence et apporter de la plus value. L´image "montagne" s´associe à "nature" ou encore "tradition" dans l´esprit du consommateur. A nous de conforter cette perception et de ne pas la galvauder". La qualité d´élevage, le soin apporté à l´alimentation et au bien être de l´animal doivent se retrouver dans la qualité du produit fini, les conditions de travail et la présentation. Stratégie de la qualitéLa création de l´entreprise à Saint-Flour ne vaut que par la stratégie d´une production de qualité liée à terme à l´obtention de la Certification de conformité produit (CCP) "Porc de montagne" portée par l´Association des interprofessions porcines de montagne. Sa centrale de vente (Porc montagne développement), basée à Aurillac, est seule habilitée à commercialiser son "cochon montagnard". La gamme Valporcs est commercialisée 25 à 30 % plus cher que les produits standard. Pour APM, il reste à convaincre en amont et en aval de la filière afin d´atteindre les prochains objectifs. L´entreprise de transformation Roussaly (groupe Spanghero) à Lacaune dans le Tarn a été la première à s´engager dans cette démarche. Les barquettes vertes signées "Porc de montagne" sont présentes sur les linéaires d´une soixantaine de magasins Monoprix et Champion du sud de la France, de Lyon et de la région parisienne. "Des contacts sont en cours avec d´autres centrales françaises", reconnaît Georges Champeix, président d´APM, qui croit beaucoup dans l´image "qualité" des zones de montagne et plus particulièrement pour la filière porc.Pour plus d´informations, consultez L´Union agricole et rurale du 10 mai 2003.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Union du Cantal se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 23 unes régionales aujourd'hui