L'Union du Cantal 28 septembre 2005 à 00h00 | Par Renaud Saint-André

Une réorganisation des services publics en milieu rural plus concertée

Le préfet lance une concertation auprès des populations rurales avant d´envisager une restructuration des services publics, comme la Poste ou les écoles.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Comment transformer un cercle vicieux en cercle vertueux ? Le défi lancé conjointement aux élus locaux et à l´Etat pourrait ressembler à cela. Car moins de population, c´est la fuite des services publics, et moins de services publics, c´est un territoire moins attractif pour faire venir de nouvelles populations. Afin d´éviter de sombrer dans le fatalisme, élus et services de l´Etat ont décidé de se remonter les manches ensemble. Ainsi, le Conseil général a pour mission de formuler des "propositions raisonnables" au préfet, qui se chargera de les faire remonter au plus haut niveau. Le président, Vincent Descoeur, sait que le Département doit faire preuve de "solutions innovantes" afin de maintenir un niveau de service acceptable pour tous les Cantaliens.

Des efforts partagés

Mais si le Département consent de lourds efforts, il en attend en retour de la part de l´Etat. "Il ne faut pas aborder la question naïvement", affirme Vincent Descoeur qui ne se berce pas d´illusions. "Pas de suppression sans concertation n´est pas de nature à résoudre tous nos problèmes", résume-t-il. La concertation est en effet acquise. Le préfet, Jean-François Delage, confirme que la loi d´aménagement des territoires ruraux donne aux services de l´Etat une obligation légale de transparence et incite à fixer des orientations en vue de faire émerger des projets de territoire, à l´échelle des communautés de communes. Il revient donc aux EPCI (établissements publics de coopération intercommunale) d´entrer pleinement dans une démarche qui consiste d´abord à établir un état des lieux, une "photographie de l´existant", pour reprendre la formule du préfet Delage. Les collectivités devront ensuite recenser les demandes de la population (qui peut également s´exprimer directement via un questionnaire).

Faire preuve d´imagination

Elles auront ensuite pour mission de formuler des propositions pour garantir un maillage minimal ; pour se maintenir au-dessus du niveau d´exigence départemental que le président Descoeur appelle "le seuil minimal", dans des "territoires équilibrés", comme le souhaite Bernard Filhol, président des maires du Cantal. Certains territoires se débrouillent plutôt bien en la matière. La maison des services de Murat, avec son équipement de permanences par écran interposé, en est un brillant exemple. Les relais de La Poste, déménagés dans des commerces locaux, confortent l´emploi local et offrent aux usagers une amplitude horaire élargie. Les solutions innovantes qui ne pénalisent pas seront sans doute bien plus difficiles à trouver dans les domaines de la sécurité et de l´enseignement. C´est sans doute une des raisons pour lesquelles M. Descoeur réclame aux représentants de l´Etat un certain délai pour travailler plus sereinement. La première étape est pourtant toute proche. Les élus doivent en effet rendre leurs copies, avec projets concrets et si possible chiffrés, au préfet qui en fera part aux administrations centra

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Union du Cantal se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 21 unes régionales aujourd'hui