L'Union du Cantal 06 février 2008 à 00h00 | Par R. Saint-André

Une nouvelle association s’oppose à la Confédération de la boulangerie

Didier Vaille, boulanger-pâtissier à Aurillac, est président d’une nouvelle association à but syndical et qui s’oppose vivement aux décisions prises par la confédération nationale.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Depuis plus d’un an, les boulangers du Cantal sont divisés. La signature au niveau national d’un accord de branche entre la Confédération des boulangers, dont le cantalien Christian Vabret est vice-président, et l’institut de prévoyance AG2R, a mis le feu aux poudres. Une poignée de professionnels s’est insurgée contre l’obligation de cotiser à cette mutuelle-santé qui couvre l’ensemble de leur personnel, en échange d’une déduction fiscale selon le principe de la “loi Fillon”. Ils ont été rejoints depuis par des dizaines d’autres (50 sympathisants, assurent-ils) et ont donc décidé de se structurer en association. Ainsi vient de naître l’Appat : Association pain pâtisserie avenir et tradition. Lors du dépôt des statuts, la préfecture l’a classée “à but syndical”. Le ton était donné.
M. Vaille est président de l’Appat, M. Arnaud vice-président ; M. Pichon, trésorier ; M. Boissier, secrétaire.
M. Vaille est président de l’Appat, M. Arnaud vice-président ; M. Pichon, trésorier ; M. Boissier, secrétaire. - © R. S.-A.

“Absence de concertation”

Car si la première des revendications, relative à cette complémentaire obligatoire est bien présente, les membres de l’Appat ont fait part de bien d’autres griefs à l’encontre de la Confédération nationale et surtout de sa déclinaison départementale, la fédération que préside... Christian Vabret. C’est ce qu’a révélé Didier Vaille, au cours d’une conférence de presse qui s’est tenue mardi dernier dans les locaux de la Chambre de commerce et d’industrie. Ce boulanger-pâtissier-chocolatier d’Aurillac assume la présidence de cette nouvelle association qu’il veut bien plus démocratique que ne l’est la fédération, dont il ne fait plus partie. La complémentaire santé obligatoire, “décidée sans appel d’offres ni concertation”, a été la goutte d’eau qui a fait déborder un vase déjà plein, avoue-t-il. Et, par exemple, de reprocher au syndicat départemental son “immobilisme, dans un monde et une profession qui bougent et évoluent à l’heure d’Internet”.  

Une bonne action

Les membres de l’Appat mettent un point d’honneur à s’intéresser prioritairement aux jeunes. Les 120 entreprises et leurs salariés seront visités, promettent-ils. Pour se faire connaître, les membres de l’Appat, en partenariat avec leur fournisseurs de sacs à viennoiseries, reverseront d’ici cet été un chèque de solidarité à l’association Croix-Marine qui organisera des voyages pour les enfants et adolescents de l’unité pédopsychiatrique de l’hôpital Henri-Mondor d’Aurillac. 

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Union du Cantal se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 21 unes régionales aujourd'hui