L'Union du Cantal 04 août 2010 à 14h38 | Par R. Saint-André

Une formidable expansion, au service des handicapés psychiques adultes

C’est un peu le “petit poucet” de l’accueil d’handicapés psychiques. Mais si l’Acsah tient à sa dimension humaine, elle ne renonce pas pour autant à d’ambitieux projets.

Abonnez-vous Réagir Imprimer

Pour la seconde année consécutive, l'Association cantalienne solidaire d'accompagnement d'adultes handicapés a choisi Parlan pour tenir son assemblée générale. L'an dernier, pour présenter un projet, cette année, pour annoncer sa concrétisation dans ce village de Châtaigneraie. Basée à Espinassol, sur la commune d'Ytrac, la structure a en effet choisi le développement en harmonie avec le monde rural. Une volonté traduite à Parlan par l'accueil de 21 personnes handicapées et 18 emplois créés sur place. Cette expansion, en faveur de l'accueil de personnes atteintes de handicaps psychiques à divers degrés d'autonomie, se poursuit. Lundi 26 juillet, le président Robert Caldayroux a dévoilé les projets à moyen et long termes. Grâce notamment à un partenariat fort avec l'office public des HLM, de nouveaux bâtiments verront le jour à proximité du château d'Espinassol dont l'aménagement se poursuit encore (notamment pour l'ouverture prochaine d'un foyer d'accueil médicalisé de 24 places).

De 15 à 80 places en cinq ans

Grâce à la municipalité d'Ytrac qui a révisé son plan local d'urbanisme, les terrains sont enfin déclarés constructibles. Pas moins de trois millions d'euros vont être investis d'ici deux ans pour la création, avec le soutien de l'Unafam, d'un foyer de vie sur le modèle de Parlan : une unité composée d'appartements pour une douzaine de personnes déficients mentaux qui restent relativement autonomes. Si l'ensemble de ces projets se réalisent, l'association compterait alors quelques 80 résidents. Robert Caldayroux insiste sur le développement fulgurant de l'association qu'il préside, qui est passée de 15 à 80 personnes accueillies (issues de toute la France) et parallèlement de 15 à 80 salariés en cinq ans. L'expérience conduite à Parlan avec le soutien de la communauté de communes Cère et Rance, est exemplaire. Le maire, Michel Teyssedou, se réjouit de l'impact démographique.

 

La directrice, Mme Visone, le président M. Caldayroux et le maire de Parlan, M. Teyssedou, lors de l’assemblée du 26 juillet.
La directrice, Mme Visone, le président M. Caldayroux et le maire de Parlan, M. Teyssedou, lors de l’assemblée du 26 juillet. - © RSA

Intégration à double sens

Entre salariés et résidents, cette seule présence fait grimper de huit points les données de l'Insee (entre deux recensements, la population parlanaise a augmenté de 12,5 %). Mais au-delà des chiffres, Michel Teyssedou voit surtout le volet de l'intégration "sociale et sociétale". Car selon lui, "voir vivre des personnes handicapées lève nos propres parcelles de handicap que nous ignorions".

 

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Union du Cantal se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,