L'Union du Cantal 23 février 2005 à 00h00 | Par Renaud Saint-André

Un "pôle d´échanges" sur l´emploi en agriculture se met en place

Le salariat en agriculture véhicule une mauvaise image, aujourd´hui injustifiée. Face aux besoins croissants de main d´oeuvre, plusieurs organisations ont décidé de réagir.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Les salariés en agriculture sont rares. Pourtant, entre des structures agricoles qui s´agrandissent et une main d´oeuvre familiale qui tend à diminuer, les besoins augmentent. Les demandes d´embauches se multiplient, notamment au sein de groupements d´employeurs. Face à ce paradoxe, le président national des groupements d´employeurs a souhaité que différents partenaires unissent leurs efforts pour trouver une solution. Michel Combes, éleveur à Prunet et employeur de main d´oeuvre, a convié Chambre d´agriculture du Cantal, Adasea, MSA, mais aussi ANPE, Mission locale et centres de formation à réfléchir à la manière d´organiser une dynamique départementale.

Des partenaires autour d´une table

Une première réunion, organisée mercredi 16 février à Aurillac, a conclu à la nécessité de créer un "pôle d´échanges sur l´emploi en agriculture". Certains partenaires, qui se rencontraient pour la première fois, ont admis la nécessité de savoir sur qui s´appuyer pour répondre aux questions des candidats ou des employeurs potentiels. Il s´agit bien, en effet, de s´adresser simultanément aux deux publics concernés. Premier objectif : dresser un état des lieux. Arnaud Vigier, de la Chambre d´agriculture, voit passer des dizaines de jeunes par an sans projet d´installation à cours terme. De son côté, en sa qualité de secrétaire général de la FDSEA, Michel Combes remarque que les chefs d´exploitations ne sont pas formés pour embaucher. Il prend pour exemple l´Etude prévisionnelle à l´installation des jeunes agriculteurs (Epi) qui n´évoque pas le besoin de main d´oeuvre. La MSA, par la voix d´André Peyronnet, ajoute qu´il n´est pas rare que l´employeur potentiel, même face à un besoin criant, reste réticent : présence d´une personne étrangère à la famille sur l´exploitation, craintes des lois relatives au travail...

Combien ça rapporte ?

"La première question est relative au coût", affirme Michel Combes. "Elle est incomplète si on ne se pose pas simultanément la question de ce que va rapporter en plus cette main d´oeuvre. Le salarié n´est pas qu´une charge", estime-t-il. Pour en savoir plus, des formations en direction des futurs employeurs devraient être mises en place. Parallèlement, les établissements de formation agricole devraient s´engager à mieux informer étudiants et stagiaires sur le salariat. Mais du chemin reste à faire : ce qui peut se révéler être une bonne opportunité continue, hélas, de véhiculer une mauvaise image. La changer constituera un chantier prioritaire pour le pôle.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Union du Cantal se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 22 unes régionales aujourd'hui