L'Union du Cantal 13 mars 2008 à 00h00 | Par Renaud Saint-André

Un outil unique en France pour former les chauffagistes

Des outils de formation permettent aux installateurs d’obtenir des labels relatifs aux énergies renouvelables.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Sous certaines conditions, les particuliers peuvent bénéficier de crédits d’impôts en commandant à un professionnel des travaux dans sa résidence principale. Autrement dit, une réduction d’impôt pour les foyers imposables, un chèque pour ceux qui ne le sont pas. Parmi les travaux particulièrement aidés figure le passage aux énergies renouvelables pour alimenter une chaudière de chauffage central, assurer la production d’eau chaude sanitaire ou même d’électricité. Mais pour bénéficier du soutien de l’État, les installations au bois ou au solaire doivent être montées par un installateur certifié.
Les membres de la Capeb ont visité les installations de l’Afpa.
Les membres de la Capeb ont visité les installations de l’Afpa. - © R. S.-A.

Lourd investissement

Pour être agréé Qualisol ou Qualibois, les plombiers et électriciens doivent avoir suivi une formation spécifique. Dans le Cantal, près de 300 plombiers et électriciens sont concernés. Pour répondre à leur attente, le centre de formation adulte d’Aurillac (Afpa) vient de s’équiper d’une plateforme de formation. Parce qu’elle regroupe tous les types d’énergies renouvelables (bois sous forme de bûches, de plaquettes, ou de granulés ; géothermie ; panneaux photovoltaïques, panneaux solaires, etc.), elle est unique en France. Un local a été spécialement construit pour abriter le matériel. L’investissement s’élève à près de 400 000 euros, auquel participe largement le Conseil régional, mais aussi l’État, l’Europe...  

Des formations de deux à quatre jours

À l’occasion de son assemblée générale, le syndicat des artisans du bâtiment, la Capeb, organisait vendredi 7 mars une visite de ces nouveaux outils de formation, guidée par Luc Chioselli, chargé de développement à l’Afpa, et Michel Stéphan, responsable de formation. Saïd Bouarfa, épaulé par des formateurs itinérants, animera cette plateforme. La durée de ces formations sera comprise entre deux et quatre jours. Celles-ci devraient se multiplier, le développement des énergies renouvelables devenant une priorité depuis les accords de Kyoto, qui visent à réduire les émissions de gaz à effet de serre. 

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Union du Cantal se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 23 unes régionales aujourd'hui