L'Union du Cantal 04 avril 2012 à 16h57 | Par R.Saint-André

Un nouveau président pour Cantal conseil élevage

Jean-Marc Brunhes, éleveur de Prunet, succède à Jean-Claude Sartre à la tête de la structure.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Ancien trésorier, Jean-Marc Brunhes est aujourd’hui président d’une structure qui compte 1085adhérents.
Ancien trésorier, Jean-Marc Brunhes est aujourd’hui président d’une structure qui compte 1085adhérents. - © Renaud Saint-André
Veiller à ce que l’on puisse apporter aux producteurs de lait le meilleur conseil, objectif et au meilleur prix. Voilà comment Jean-Marc Brunhes, nouveau président de Cantal conseil élevage (nouvelle dénomination du Contrôle laitier), interprète sa mission. Élu le 14 février, l’éleveur de Prunet succède à Jean-Claude Sartre, administrateur au sein de la structure nationale, et qui a souhaité passer la main de la présidence départementale. Non sans en avoir, en quelque sorte, formé son successeur. Jean-Marc Brunhes connaît bien le Contrôle laitier, dont il est adhérent depuis son installation, en 1988 (prenant la suite de son père, lui-même adhérent depuis 1968). Entré au conseil d’administration en 1997, il était ces dernières années le trésorier de Cantal conseil élevage. Autant dire qu’il est convaincu depuis longtemps de l’intérêt technique et économique qu’apporte le panel de services à disposition des éleveurs.

Quand le jeu en vaut la chandelle

“L’objectif est bien de vendre la meilleure qualité de lait, en sachant trouver les bonnes orientations de production, en faisant les bons choix, pour générer la plus forte marge”, résume-t-il. Jean-Marc Brunhes estime que profiter de l’œil extérieur d’un agent, régulièrement formé, s’avère vite indispensable. D’ailleurs, chez lui, toutes les vaches sont contrôlées dix mois par an, “et les mois sans contrôle... ça me manque”, avoue-t-il . D’autant qu’il juge la somme investie vite amortie, au vu des résultats. En outre, l’éventail des services proposés ne cesse de s’étoffer, notamment, grâce à l’acquisition régulière de nouveaux matériels toujours plus performants. C’est le cas des 25 lactocordeurs capables d’analyser les habitudes de traite, ou encore du très prometteur système Optimir (lire l’Union du samedi 10 mars). Le nouveau président tient à saluer la qualité de toute une équipe. À commencer par les 33 techniciens (29 équivalents temps plein) qui guident les producteurs de lait vers une meilleure rentabilité de l’exploitation, en livrant des conseils pour mieux gérer le pâturage (et donc moins d’utilisation de concentré), optimiser les rations, améliorer la qualité génétique du troupeau… S’ajoutent 28 peseurs (7,5 équivalents temps plein) et six personnes dans les services administratifs (4,5 équivalents temps plein). Quant aux échantillons de lait, ils profitent d’un autre savoir faire, celui du laboratoire d’analyse du Lial, lié à une convention de partenariat à Cantal conseil élevage.

 

 

 

 

Plus d'infos à lire cette semaine dans L'Union du Cantal.

Droits de reproduction et de diffusion réservés.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Union du Cantal se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 20 unes régionales aujourd'hui