L'Union du Cantal 20 février 2008 à 00h00 | Par Patricia Olivieri

“Un gars, une fille” pour séduire les électeurs

V. Descoeur a présenté les candidats de la majorité aux élections et, nouveauté, leurs suppléant(e)s.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
La femme serait la part manquante de l’homme. Cette hypothèse psychanalytique est devenue, depuis la loi Villepin, obligation de parité pour les candidatures aux cantonales. Ainsi chaque postulant au poste de conseiller général doit en 2008 associer à sa candidature un suppléant, s’il s’agit d’une candidate, et une suppléante dans le cas plus répandu où le candidat est un homme.
Les candidats de la majorité, emmenés par Vincent Descœur.
Les candidats de la majorité, emmenés par Vincent Descœur. - © P. O.

Une suppléance active

C’est ainsi que la majorité départementale a présenté vendredi dernier son écurie de 24 concurrents pour les cantons en renouvellement (la candidature sur le canton de Saignes de Stéphane Briant ayant elle été révélée seulement ce lundi, suite à la rencontre durant le week-end suivant entre le président en exercice, Vincent Descœur, et son prédécesseur, Roger Besse, sénateur-maire d’Ydes et conseiller général du canton). Et si parité il y a au final entre les deux sexes, force est néanmoins de constater qu’une seule candidate brigue un poste de titulaire, Sylvie Lachaize sur Aurillac 2. Pour autant, ses homologues titulaires présents vendredi ont tenu à valoriser cette complémentarité hommes - femmes, qu’ils ont souvent réussi à conjuguer avec une complémentarité des profils, professions et expériences. Ainsi, Jean-Yves Bony, agriculteur, actuel vice-président de l’assemblée départementale et député, a convaincu Agnès Gaillard, 37 ans, artisan - boulangère, de se joindre à lui autour de projets locaux pour ce canton rural, dont un bien avancé, selon lui : “la construction d’une unité Alzheimer sur Ally, avec une trentaine d’emplois à la clé”. Guy Delteil, candidat sur le canton de Riom actuellement représenté par Pierre Fouillade, et Louis Galtier, conseiller général sortant sur celui de Pierrefort, ont eux choisi d’impliquer des femmes agricultrices. “Elle est un peu tout ce que je ne suis pas, s’est amusé Louis Galtier, évoquant Nicole Fayet, sa suppléante : très sportive, femme de terrain...”. Guy Delteil a lui vanté le professionnalisme d’Élisabeth Lamouroux, exploitante agricole sur Trizac avec son époux en EARL et producteurs d’un salers d’altitude “de qualité”.  

Balayer le territoire

D’autres ont axé cette suppléance sur une couverture géographique du canton, tel Louis-Jacques Liandier, conseiller sortant sur Vic qui a misé sur  l’ancrage fort de sa suppléante Huguette Privat, sur la vallée du Goul. Quant à Louis Clavilier, élu sur Ruynes-en-Margeride depuis 1976, il a souligné, non sans son habituel sens de l’humour, la vitalité de Magali Falcon, secrétaire et épouse d’agriculteur, une suppléante “de quelques années seulement sa cadette...”. Candidats et suppléants n’ont pas manqué d’afficher leur fierté d’appartenir à l’équipe du président Descœur. Un président qui a dit compter sur une implication intense de tous autour d’une ambition partagée pour un Cantal, dont il en est sûr, “bientôt le tour viendra”. 

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Union du Cantal se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 20 unes régionales aujourd'hui