L'Union du Cantal 06 février 2008 à 00h00 | Par F. Pigot

Un Gaec prêt pour les Miss

Le 9 février, le Gaec de Termegros sera présent pour le concours départemental des Miss.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Avec Athéna, Alain Dussaillant et Jérôme Escourolle attendent
le rendez-vous des Miss.
Avec Athéna, Alain Dussaillant et Jérôme Escourolle attendent le rendez-vous des Miss. - © F.P.
À Lugarde, le Gaec de Termegros a vu le jour en 2003, avec l’installation de Jérôme Escourolle qui s’est associé à son oncle, Alain Dussaillant, exploitant agricole depuis 1984. Poussées par les quotas laitiers, les salers ont progressivement été remplacées par des laitières, montbéliardes et holsteins. Quelques rares holsteins subsistent encore sur l’exploitation mais c’est vers la montbéliarde que le cap a été résolument mis, avec l’adhésion au syndicat départemental de la race en 2000, quatre ans après avoir fait le choix du contrôle laitier. Depuis l’installation de Jérôme Escourolle, tout le cheptel passe donc progressivement en race pure. Il recherche “des vaches solides sur leurs aplombs”. Sans taureau à demeure sur l’exploitation, toutes passent par l’insémination artificielle avec Ojoli et Mic-Mac pour favoris, depuis deux saisons. Jérôme Escourolle explique que tant que l’insémination marche, il préfère se passer d’un taureau qui serait une bête de plus à nourrir, en sachant que le Gaec est déjà un peu juste en surface.

330 000 litres de quotas

Aujourd’hui, l’exploitation s’étend sur 63 hectares, tout en prairie naturelle, avec 55 mères et quinze génisses de chaque catégorie d’âge. Elle dispose de 330 000 litres de quotas, dont 250 000 en vente directe, produits avec une alimentation de foins, d’herbe, de regain et un peu de concentré. L’exploitation se trouve ainsi parfaitement en phase avec le nouveau cahier des charges de l’AOC saint-nectaire. Cette production fromagère, livrée en blanc à sept semaines pour l’affinage, est le domaine d’Alain Dussaillant qui s’affaire également aux génisses, laissant à son neveu la traite, le suivi des laitières et les travaux extérieurs. Une stabulation neuve, avec salle de traite intégrée, a été mise en service le 15 novembre 2006. Les génisses demeurent dans l’ancien bâtiment des laitières. Ce nouveau bâtiment a permis, pour l’hiver, de garder toutes les bêtes sur l’exploitation et d’avoir quelques laitières de plus. 

Deux bêtes déjà présentées aux Journées laitières

En moyenne, les vaches sont conservées le temps de cinq lactations. Les vêlages se font à trois ans, mais Jérôme Escourolle se dit décidé à essayer de les faire plus tôt. En l’an 2000, la famille a commencé à sortir en concours, mais faute de qualification IBR, elle s’en est éloignée quelque temps avant de faire son retour cet été. Deux bêtes de l’élevage étaient présentées aux Journées laitières de Riom-ès-Montagnes. Nouvelle étape, le 9 février, le Gaec de Termegros sera présent à Saint-Flour pour le concours départemental des Miss montbéliardes avec Athéna, une bête de deux ans et demi, fille de Mic-Mac. Jérôme Escourolle avertit qu’elle a de bonnes mamelles et de bons aplombs. Les concurrents sont prévenus. 

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Union du Cantal se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 21 unes régionales aujourd'hui