L'Union du Cantal 28 septembre 2005 à 00h00 | Par Pascal Piganiol

Un concours d´excellent niveau, des enchères spectaculaires

C´est sous une pluie battante que les lauréats du 132e concours national salers ont défilé dimanche 25 septembre à Mauriac. Le matin, un record de vente avait été battu.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Le 132e concours national salers avait débuté samedi avec la foule et sous le soleil. Il s´est terminé dimanche sous une pluie qui a passablement contrarié la fréquentation, mais qui n´a pas empêché les inconditionnels, massés sous la halle du marché couvert de Mauriac, de suivre malgré tout ce grand moment qu´est le défilé final. De ce cru 2005, Bruno Faure, directeur du herd-book et de l´Upra salers, retient d´abord la très bonne qualité des animaux présentés. "On voit bien au fil des ans que la salers évolue et gagne en conformation", se réjouit-il. Il constate ensuite que la décision de concentrer les opérations du jury sur la journée du samedi, pour laisser place le dimanche matin à un volet plus économique, est manifestement un bon choix. Il faut dire que, le dimanche matin, il y avait cette année deux ventes aux enchères au lieu d´une. Est-ce dû à la compétition entre deux organisateurs différents ? Toujours est-il que ces ventes, inhabituelles il y a encore quelques années, ont pour la première fois véritablement créé l´événement. La quasi totalité des animaux a été adjugés devant des gradins remplis de spectateurs et d´acheteurs.

Un taureau Ultra bien vendu !

Le total des enchères s´est monté à plus de 200 000 euros, chiffre qui démontre le poids économique du concours national, à mettre en rapport avec les 80 000 euros de son budget d´organisation. La plus grande partie des animaux proposés à la vente ont été achetés par des éleveurs ou négociants irlandais (20 sur 35 animaux). Mais c´est le taureau Ultra, propriété de l´EARL du Manclaux de Trizac, qui a créé la surprise : au terme d´une bataille acharnée entre deux éleveurs d´outre Manche déterminés à emporter la mise, il a été adjugé à l´éleveur anglais Peter Donger pour... 30 500 euros ! "C´est un record dans la race, du jamais vu", se félicite Francis Manhès, président de l´association pour l´expansion de la race salers. Alors que, ironiquement, il pleuvait des cordes, c´est de sécheresse dont il a été surtout question dans les discours officiels. Pour souligner d´abord que les éleveurs n´en avaient que plus de mérite de participer au concours national. Patrick Escure, président de la FDSEA, s´est par ailleurs félicité de "la qualité du dossier" de demande de reconnaissance du caractère de calamités agricoles constitué par la profession et l´administration. "Ce dossier fait ressortir que les pertes de fourrages seront en moyenne supérieures à 50 % sur tout le département", ajoutait-il, disant espérer que "l´Etat saura maintenant mettre des moyens suffisants face à la détresse des agriculteurs".

L´actualité agricole à la tribune officielle

Jean-François Delage, nouveau préfet du Cantal, qui a passé une bonne partie de la journée sur le concours, a confirmé que la réunion de la commission nationale des calamités agricoles avait été reportée du 6 au 20 octobre. "Ce qui est important, ce n´est pas la date de la réunion mais la qualité du dossier", estimait-il. Gérard Leymonie, maire de Mauriac, et Vincent Descoeur, président du Conseil général, se sont félicités de "pouvoir déjà mesurer les effets du programme génétique dans lequel l´assemblée départementale s´est engagée depuis trois ans aux côtés des instances raciales". "Nous souhaitons que ce soit un engagement à long terme", a martelé le président Descoeur. Ses propos ont rejoint ceux de Jean Mallot, vice-président du Conseil régional, qui a insisté sur la volonté de la Région d´encourager la qualité : "Il n´y aura plus de place à terme dans notre région pour une agriculture qui ne serait pas de qualité", déclarait-il.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Union du Cantal se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 23 unes régionales aujourd'hui