L'Union du Cantal 06 avril 2007 à 00h00 | Par P.Piganiol

“Travailler avec tous les acteurs économiques de la ruralité”

Devenu association de gestion et de comptabilité, le centre de gestion créé par les agriculteurs peut désormais s’adresser aux autres secteurs d’activité du milieu rural.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Le CER France Cantal en assemblée générale. A droite, Jean-Marc Delbos et Eric Minier, président et directeur.
Le CER France Cantal en assemblée générale. A droite, Jean-Marc Delbos et Eric Minier, président et directeur. - © L'Union du Cantal
Cette fois, ça y est. Annoncée de longue date dans le cadre de la réforme des professions comptables, la transformation du centre de gestion agricole agréé en association de gestion et de comptabilité (AGC) est effective depuis début 2007. Principale incidence : le CER France Cantal va pouvoir proposer ses services à “tous les acteurs économiques de la ruralité” alors qu’il ne s’occupait jusque-là que des agriculteurs. Evolution matérialisée par l’entrée d’un artisan (René Condamine, carrossier à Aurillac) dans un conseil d’administration qui ne comptait que des agriculteurs. Lesquels voient visiblement cette évolution d’un bon œil à en juger par les applaudissements qui ont salué son élection, lundi à Arpajon devant l’assemblée générale du centre.
De l’agricole au rural
“Historiquement, les agriculteurs sont les adhérents privilégiés du centre et ils le resteront bien évidemment encore demain, et notre développement externe ne se fera pas au détriment du monde agricole”, a rassuré le président Jean-Marc Delbos. “Mais notre organisme doit aussi s’attacher à apporter son savoir faire et ses compétences aux autres acteurs économiques et peut même avoir un rôle fédérateur au sein du monde rural”, poursuivait-il. En insistant sur la volonté du CER de fonctionner avec les artisans ou commerçants dans le même esprit qu’avec les agriculteurs, sans rien renier de ses valeurs : “Un esprit associatif, l’attachement au territoire, la proximité, la disponibilité, l’écoute, le service et le sens de l’anticipation”. Outre un élargissement de sa clientèle, la réforme des professions comptables se traduira aussi pour le centre par la nécessité de disposer d’ici quelques années de cinq experts-comptables. Il compte les recruter et les former parmi les membres de son personnel.
“Réduire la complexité et les coûts”
Ce faisant, le CER devra s’inscrire à l’Ordre des experts-comptables : “Deux mondes qui ne se connaissaient pas, s’ignoraient et peut-être se craignaient un peu, vont devoir cohabiter sous la même coupole : le monde libéral des cabinets d’experts-comptables et le monde associatif des ACG”, remarquait Jean-Marc Delbos. Cohabitation qu’il envisage avec sérénité pour finalement conclure : “Nous leur expliquerons que nous ne voulons que la place qui nous revient, mais toute la place qui nous revient”. Et comme pour montrer que le service aux adhérents agriculteurs reste une priorité, il annoncé avec Louis-François Fontant la signature prochaine d’une convention entre le CER et la Chambre d’agriculture dans le domaine des prestations de service informatique aux agriculteurs et de l’échange d’information. Mise en commun de moyens qui visera à “réduire la complexité et les coûts” pour les agriculteurs.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Union du Cantal se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,