L'Union du Cantal 13 octobre 2010 à 14h41 | Par Jean-Marc Authié

"Touchons du bois" - La forêt cantalienne affiche l’ambition d’une filière à fort potentiel

Pour sa deuxième édition, l’opération “Touchons du bois” a mobilisé tous les acteurs de la filière, ce week-end à Saint-Flour, pour sensibiliser élus et grand public.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
- © J.-M.A.

Le développement durable, le Grenelle de l'environnement, autant de termes que les professionnels de la filière bois connaissent bien. Dans le Cantal, la forêt représente une ressource inestimable à condition de bien l'exploiter. C'était là tout l'enjeu de la deuxième édition de "Touchons du bois" où élus, scolaires et grand public étaient conviés à Saint-Flour. "À travers cette manifestation, nous avons souhaité montrer à tout le monde que la forêt et le bois peuvent être deux axes forts du développement économique cantalien, explique Jacques Cros au nom de la filière forêt bois du Cantal, et par ailleurs président des forestiers privés du département. La forêt, c'est aussi une ressource en emplois non délocalisables. Quand on sait que le bois est redevenu un matériau tendance, cela peut devenir un bel atout supplémentaire pour le Cantal".

Attirer les jeunes

Ce week-end, Saint-Flour a donc été investi par l'ensemble des acteurs de la filière. Mais le cœur de la manifestation se situait sur les allées Georges-Pompidou où les démonstrations de sciage et de broyage de bois succédaient aux nombreuses visites sur les stands. Car sous le chapiteau principal, plusieurs pôles avaient pris place : formation aux métiers du bois, service aux propriétaires forestiers et publics, savoir-faire des professionnels. Ainsi, vendredi, c'est le public jeune qui était particulièrement visé par "une filière où le travail existe et où l'on manque pourtant de main d'œuvre", précisait Isabelle Gibert-Pacault, ingénieur au Centre régional de propriété forestière (CRPF). Au total, 230 scolaires du Cantal, mais également d'établissements extérieurs, se sont rendus sur les lieux. Au menu, un programme bien chargé puisqu'ils ont eu l'occasion de visiter la chaufferie bois du Crozatier (lire par ailleurs), de faire connaissance avec le milieu de la forêt avec le CRPF ou de se renseigner auprès des acteur de la formation. Ainsi ont-ils appris que la forêt cantalienne représente 26,4 % de la surface départementale (environ 150 000 hectares) et que 82 % des propriétaires de cette forêt étaient privés (plus de 24 000 propriétaires privés en tout). Durant le week-end, le public aura également pu assister à un défilé de mode pas comme les autres puisque l'ensemble des vêtements présentés étaient issus de fibres de bois. C'était également l'occasion de faire plus ample connaissance avec les différents types de chaudières (granulés de bois, plaquettes) ou de visiter une maison à ossature bois en construction.

 

Mais "Touchons du bois", c'était surtout la possibilité donnée aux élus de commenter, présenter ou expliquer leur politique sur la filière. Sur un plan local, Pierre Jarlier, sénateur maire et président du pays de Saint-Flour, a évoqué les réseaux de chaleur existant ou à venir sur le bassin, tout comme Bernard Delcros, conseiller général de Murat, a développé son expérience conduite à Chalinargues. D'un point de vue plus général, Vincent Descœur, député et président du Conseil général, avouait "être aux côtés des communes forestières et soutenir les propriétaires forestiers sur l'entretien même des forêts. Nous participons également dans l'équipement aux appareils de chauffage bois". Il en va de même pour la Région avec une implication directe "dans les chartes de Massifs, précisait le président René Souchon. C'est pour nous très important de soutenir, par des moyens financiers ou humains, ce qui touche à la filière bois. À ce titre, il ne faut pas oublier que c'est nous qui équipons entièrement les lycées et les CFA avec des options forestières". Le bois semble donc avoir de l'avenir, encore faut-il pénétrer l'ensemble des marchés. Au-delà d'un secteur du chauffage au bois qui se développe, c'est également la construction de maisons en bois qui pointe le bout de son nez dans le Cantal.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Union du Cantal se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 23 unes régionales aujourd'hui