L'Union du Cantal 15 juillet 2004 à 00h00 | Par Frédéric Pigot

Tirer enfin les burons de leur sommeil !

Jusqu´en 2006, les propriétaires de buron vont pouvoir bénéficier de 50 % d´aides à la restauration des bâtiments d´estive.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Pour son assemblée générale annuelle, l´Association pour la sauvegarde des burons du Cantal (ASBC) avait donné rendez-vous à ses adhérents à Récusset, sur la commune de Saint-Paul-de-Salers, pour y découvrir un bâtiment destiné à être restauré. Propriété de la Coptasa, le buron du Violental nécessite une réfection complète. Situé à proximité du GR 400, dans un site classé, sa restauration fera l´objet de la plus grande attention de manière à ce qu´il puisse être laissé à la disposition des randonneurs. Une enveloppe de 60 000 euros est envisagée. Les travaux devraient débuter d´ici l´année prochaine. La précédente opération menée par l´ASBC a nécessité un investissement de 48 000 euros. Il s´agissait du buron de la Soulayre qui a été inauguré en octobre 2003.

Jusqu´à 50 % d´aides

Au cours de la réunion, il a été indiqué que des crédits européens (Feoga) seraient disponibles pour la mise hors d´eau ou la restauration de bâtiment d´estive. L´aide apporté au propriétaire devrait s´élever à 40 % et le Conseil général pourrait abonder cette participation de 10 % supplémentaires. "C´est une occasion qui peut-être ne se représentera pas", a remarqué Marcel Besombe, avant de préciser qu´un inventaire a été effectué par Jean-Philippe Rigal qui a recensé 209 burons sur le périmètre du syndicat mixte Puy-Mary grand site national. Un courrier co-signé par les présidents du Conseil général et de l´ASBC a été adressé à l´ensemble des propriétaires pour les inciter à se soucier de leur bien. 49 réponses ont été reçues en retour et le président de l´association espère ainsi voir aboutir une quinzaine de dossiers, en sachant que les travaux devront impérativement être terminés avant juin 2006. Un groupe de travail s´est mis en place.

Les médias s´intéressent aux burons

Dans son rapport d´activité, le président a rappelé que des étudiants de l´Enita se sont penchés sur le thème des burons du Cantal. "Les médias s´intéressent à nos burons", se réjouit Marcel Besombe en évoquant un reportage de France 3, la venue d´une équipe de France 2 pour un sujet qui sera diffusé le 14 juillet à l´occasion du Tour de France et d´une journaliste de l´Express pour un numéro spécial Auvergne à paraître en août. "J´espère que ça donnera mauvaise conscience?aux Cantaliens. En tout cas, ça devrait?les?sensibiliser", remarque le président de l´ASBC avant de poursuivre en soulignant qu´il a la conviction que, pour l´heure, les burons du Cantal sont les mal-aimés mais que, demain, ils auront une valeur patrimoniale et foncière exceptionnelle. Plusieurs propriétaires ont ensuite présenté leur projet de restauration en insistant largement sur les contraintes et exigences administratives.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Union du Cantal se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 20 unes régionales aujourd'hui