L'Union du Cantal 03 octobre 2014 à 08h00 | Par S.Chatenet-Giraud

Stéphane Le Foll prend la mesure d'une exaspération au Sommet de l'élevage

Les annonces du ministre de l'Agriculture ne sont pas parvenues à apaiser les inquiétudes teintées de colère des éleveurs.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Apostrophé à plusieurs reprises lors de son discours à Clermont-Ferrand, Stéphane Le Foll a avoué avoir une responsabilité, "mais pas toutes les responsabilités".
Apostrophé à plusieurs reprises lors de son discours à Clermont-Ferrand, Stéphane Le Foll a avoué avoir une responsabilité, "mais pas toutes les responsabilités". - © S.Chatenet-Giraud

Présent depuis la veille sur l'agglomération clermontoise, le ministre de l'Agriculture est arrivé de bonne heure, jeudi matin au Sommet. Il s'est d'abord entretenu avec les responsables professionnels régionaux et nationaux avant de débuter la visite du salon. Au gré des halls et des stands, suivi par une cohorte d'élus politiques et professionnels, il est allé à la rencontre des dirigeants d'entreprises, des éleveurs, des anonymes. La visite a été ponctuée de nombreux messages d'encouragement du ministre en direction des agriculteurs, étudiants, entreprises, mais aussi d'une multitude de "je sais", de "je comprends vos problèmes". Y compris dans son discours, Stéphane Le Foll a pris soin de marteler "sa détermination", "sa responsabilité", tout en indiquant "que tous les dossiers ne pouvaient pas se régler en un claquement de doigt". Des éléments de langage qui a priori n'ont pas été suffisants pour convaincre les éleveurs : à plusieurs reprises, des cris se sont élevés pour réclamer des actes au-delà des mots.


Trois annonces


Bien décidé à ne pas être taxé d'immobilisme, le ministre a réservé pour le Sommet quelques annonces. Les plus marquantes : transparence des Gaec effective à compter du 1er janvier 2015, avancement de deux ans de la revalorisation complète des ICHN (rappelant qu'en 2014, les montants déjà versés depuis le 15 septembre ont été revalorisés de 15 % pour chaque agriculteur) et la fin des tests ESB pour les animaux nés après le 1er janvier 2002. Sur ce dernier point, la levée de l'obligation pourrait permettre aux filières françaises d'exporter notamment vers la Chine. "Jusqu'à présent, le maintien de ces tests créait un climat de suspicion, si bien que les chinois rechignaient à commercer avec nous", témoignait, il y a quelques jours, Jean-Pierre Fleury, président de la FNB. L'export, sujet central pour l'élevage français, Stéphane  Le Foll  a  garanti  qu'il souhaitait tout mettre en oeuvre pour le développer.


Made in France


"Nous avançons avec la Turquie, l'Algérie, nous allons reprendre les discussions avec la Tunisie", souligne le ministre. Sur la problématique du marché français, trop peu alimenté par de la viande "made in France", il a affirmé tout mettre en oeuvre  pour  que  les  fraudes  à l'étiquetage "UE" soit sanctionnées, tout en constatant que la marque "viande de France" doit progresser. Encore une fois, cette phrase lâchée par le ministre est très vite apparue comme un voeu pieu, tant les explications pour y parvenir apparaissent à ce stade nébuleuses.


Droits de reproduction et de diffusion réservés.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Union du Cantal se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 23 unes régionales aujourd'hui