L'Union du Cantal 25 mai 2016 à 08h00 | Par Jean-Marc Authié

Stade aurillacois : la demie à la maison

Le Stade s’est imposé dimanche dans la douleur face à Biarritz, 24 à 16. Une victoire très importante qui offre la demi-finale à domicile, samedi à18 heures, face à Mont-de-Marsan.

Abonnez-vous Réagir Imprimer

L’exploit est grand. Alors ne boudons pas notre plaisir. Le Stade aurillacois va offrir la première demi-finale d’accession à domicile de son histoire au peuple aurillacois, que dis-je, cantalien. Après la victoire face Biarritz dimanche, c’est Mont-de-Marsan qui débarquera samedi à 18 heures(1). “Je n’arrive pas encore à vraiment réaliser.” Au sortir des vestiaires, Thierry Peuchlestrade n’en revient toujours pas. Avec Jeremy Davidson, ils avaient pourtant préparé le groupe à cela.

Quand, en octobre, on se paye les Saracens, champion d’Angleterre en titre et tout nouveau champion d’Europe, l’obstacle Mont-de-Marsan devient tout à coup moins haut à franchir n’est-ce pas ?
Quand, en octobre, on se paye les Saracens, champion d’Angleterre en titre et tout nouveau champion d’Europe, l’obstacle Mont-de-Marsan devient tout à coup moins haut à franchir n’est-ce pas ? - © J.-M. A

Une première dans l’histoire du club

“Cela fait onze mois que l’on travaille ensemble avec cet objectif, comme nombre d’équipes, d’aller chercher une place qualificative. Voilà, c’est fait. On va faire une demi-finale, qui plus est à la maison. C’est simplement fabuleux. Cela ne dépendait pas que de nous, mais les résultats ont fait que”, lâchait le coach. En effet, car derrière, personne n’a chômé. Si le Stade se devait en tout premier lieu de gagner son match, il fallait aussi que Mont-de-Marsan chute à Bayonne. Et quand M. Ramos a sifflé la fin de la rencontre à Jean-Alric, nombre de spectateurs se sont précipités sur les écrans des journalistes pour savoir où en étaient les Montois. Ils ont été servis. Car à Bayonne, il restait encore quatre minutes à jouer. Quatre minutes interminables que les Landais ont passé sous les poteaux basques, sur la ligne même parfois. Menés 23 à 17, il leur suffisait d’un essai transformé pour inverser la demi-finale. Heureusement, cet essai ne viendra jamais. Les supporters pouvaient enfin laisser éclater leur joie. Mont-de-Marsan sera donc au menu des Aurillacois samedi en fin d’après-midi. “Notre semaine va être courte. On va d’abord faire un état des lieux car il y a eu quelques bobos. Ce match contre Mont-de-Marsan s’annonce comme extrêmement difficile. Déjà, notre objectif et notre rêve sont atteints (NDLR : jouer une demi-finale à Jean-Alric). Maintenant, à nous de préparer l’événement pour être à la hauteur de ce qui nous attend.” Mont-de-Marsan, l’épouvantail de cette fin de saison qui n’aura chuté qu’une fois sur les onze derniers matches. De plus, les Montois sont aussi des habitués des phases finales : cinq participations depuis 2004 avec trois victoires à la clé, dont leurs deux dernières (2012 et 2015). Aurillac n’est arrivé que deux fois à ce niveau (victoire à Montauban 21 à 20 en 2005 ; défaite à Brive 30 à 16 en 2013). Mais peu importe. Les Cantalous se rappelleront qu’au soir du 14 janvier, ils avaient battu les Montois 29 à 14. Conscient de l’enjeu, le président Millette sait que “la compétition n’est pas finie. On a fait un pas extraordinaire, dépassé notre objectif qui était d’être dans les cinq premiers. On finit troisième. Recevoir à ce niveau de la compétition est un privilège. J’espère que l’on va montrer que l’on méritait d’y être”. Pour ce faire, le Stade compte sur son public. La billetterie ouvre ce mercredi.

 

(1) Match retransmis sur Canal + Sport et Eurosport 2. La deuxième demi-finale opposera Bayonne à Colomiers, dimanche à 14 heures (également visible sur France 4 et Eurosport 2).

 

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Union du Cantal se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,