L'Union du Cantal 08 janvier 2014 à 08h00 | Par Ch. Fournier

Serge Vieira Coach Cantal 2014, Laurent Bachelard prix Génération artisans

Le 6 janvier à l’IFPP d’Aurillac, les Chambres de commerce et des métiers ont décerné les prix Coach Cantal et Génération artisans à l’occasion des vœux à leurs ressortissants.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Deux récipiendaires au cours d’une même soirée, entourés des présidents consulaires, du préfet et du président du Conseil général.
Deux récipiendaires au cours d’une même soirée, entourés des présidents consulaires, du préfet et du président du Conseil général. - © R. S.-A.

“Ce prix est un honneur. Il récompense les entreprises qui fonctionnent plutôt bien”, considére le restaurateur Serge Vieira, deux étoiles au Michelin, sacré lundi soir Coach Cantal 2014. “Être récompensé comme Matière, qui fait des ponts, c’est extraordinaire.” Pour cet originaire de Clermont, s’installer avec son épouse dans le Cantal au château du Couffour était un pari. Mais, au bout de cinq ans et deux étoiles au Michelin plus tard, “c’est une réussite” que savoure le chef étoilé, qui croit “en Chaudes-Aigues et au Cantal”. La preuve, il vient d’investir deux millions d’euros pour un hôtel quatre étoiles au cœur de la cité caldaguès : “Un ancien deux étoiles que l’on a racheté qui comptera 18 chambres très spacieuses et un bistrot de 60 places.” À la clef, de l’emploi : “Nous allons recruter des équipes performantes que l’on formera et qui en seront responsables. Nous superviserons de notre côté toute l’opération.” Ouverture prévue en juin ou juillet.

 

Une troisième étoile ?

Serge Vieira n’oublie cependant pas que la réussite est arrivée avec le prestigieux château du Couffour : “Nous travaillons toujours pour améliorer la qualité et approcher la perfection… Le confort, les plats : tout ceci fait partie de notre travail hivernal. Nous envisageons aussi de faire entre quatre et sept chambres de plus et pourquoi pas, de tenter de décrocher une troisième étoile… Nous travaillons surtout pour satisfaire nos clients, ce sont eux qui font notre réussite, mais nous espérons aussi que le bouche à oreille fera que les inspecteurs du guide viendront nous contrôler et estimeront que nous la méritons.” Un travail qui s’est traduit aussi en termes d’emploi : “Nous sommes passés de cinq salariés il y cinq ans à 25 et c’est aussi notre réussite”, estime le chef formé chez Marc Meneau, Régis Marcon, et lauréat du Bocuse d’Or. Le Coach Cantal ainsi que l’a rappelé le président de la CCI, Bernard Bouniol, récompense “un homme ou une femme qui porte en lui un projet, une initiative, une vision d’avenir pour son entreprise et notre département. Mais aussi qui a su, par ses qualités intrinsèques, surmonter les difficultés pour développer une activité économique, créatrice de richesse et d’emploi, bien au-delà des seules frontières de notre pays. Le Coach Cantal porte en lui les valeurs et les qualités qui doivent permettre de tendre vers l’excellence dans le domaine du développement économique”. Ces valeurs que Serge Vieira incarne.

 

 

Plus d'infos à lire cette semaine dans L'Union du Cantal.

Droits de reproduction et de diffusion réservés.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Union du Cantal se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,