L'Union du Cantal 30 septembre 2014 à 08h00 | Par R.Saint-André

Sénatoriales : Mézard et Jarlier dès le premier tour

Prime au sortant pour les deux sénateurs cantaliens dont le bilan a convaincu dimanche les grands électeurs.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Les deux sénateurs réélus, à la proclamation des résultats, en préfecture.
Les deux sénateurs réélus, à la proclamation des résultats, en préfecture. - © R.Saint-André

Plus d’un grand électeur du Cantal sur deux a porté ses voix sur les sénateurs sortants. Jacques  Mézard  et  Pierre Jarlier ont été réélus, ce dimanche 28 septembre, à l’issue d’un seul tour. Le nombre d’inscrits était de 535 électeurs (issus des conseils municipaux, de l’Assemblée départementale, des représentants de la Région et des parlementaires) ; le nombre de votants était de 528, soit une participation de 98,6 %, avec 524 suffrages exprimés (4 bulletins nuls).

Sont donc élus au premier tour : Jacques Mézard (RDSE) avec 303 voix, soit 57,82 % des suffrages exprimés et Pierre Jarlier (UDI), avec 271 voix, soit 51,72 % des suffrages exprimés.

Les autres candidats ont obtenu : Vincent Descœur (UMP) : 249 voix, (soit 47,52 % des suffrages exprimés) ; Gérard Salat (PS) : 99 voix (18,89 %) ; Jean-Pierre Roume (PCF) : 20 voix (3,82 %) ; Robert Heyraud (FN) : 7 voix, (1,34 %).


À la faveur de bilans


Victoire plus facile cette fois pour le sénateur Mézard, qui avait dû affronter le candidat Yves Coussain (divers droite) lors d’un second tour en 2008, pour son premier acte de candidature. Victoire légèrement plus serrée pour le sénateur Jarlier qui, déjà sortant il y a six ans, avait obtenu un peu plus de voix, malgré trois votants de moins et surtout davantage de candidats (dix en 2008 et sept en 2014). La venue dans l’arène du président du Conseil général UMP, Vincent Descœur, constituant un élément nouveau qui aura polarisé un bon nombre de voix, même si la troisième  marche  du  podium  le prive d’une entrée au palais du Luxembourg (voir ci-dessous). Les sénateurs sortants semblaient quant à eux confiants, dès le début de journée. À l’image de Pierre Jarlier qui répond avec franchise que son élection au premier tour ne constitue pas une surprise... Il justifie son score par une campagne basée sur l’idée de rassembler le plus possible les Cantaliens, hors des clivages et calculs politiques. Le sénateur-maire de Saint-Flour admet aussi qu’une juste répartition géographique des postes a sans doute joué en sa faveur.


Réagir au sentiment d’abandon


Jacques Mézard n’a pas souhaiter réagir à chaud. Dans un communiqué édité le lendemain, il dit savoir les attentes des élus locaux, leur inquiétude quant à l’évolution des collectivités territoriales et du fonctionnement quotidien des communes. “Nul ne saurait rester insensibleet immobile face à un sentiment d’abandon qui s’exprime de plus en plus fortement. Il est plus que temps de délivrer des messages clairs et compréhensibles, de bon sens tout simplement”, ajoute-t-il. Les deux sénateurs cantaliens reconduits dans leurs fonctions participeront  dès le mercredi 1er octobre à l’élection du président du Sénat.


Droits de reproduction et de diffusion réservés.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Union du Cantal se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 21 unes régionales aujourd'hui