L'Union du Cantal 08 juillet 2003 à 00h00 | Par Pascal Piganiol

Sécheresse et agriculture - Le préfet mesure l´étendue des dégâts

A l´invitation de la FDSEA et des Jeunes agriculteurs, le préfet a visité mardi une exploitation de la Margeride pour se rendre compte sur le terrain des conséquences de la sécheresse. Plusieurs mesures sont demandées ou envisagées pour faire face à l´urgence : l´approvisionnement en fourrages.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
- © AA
Ironie du sort : il venait de pleuvoir et l´air était un peu frisquet mardi à Chaliers, sur le plateau de la Margeride, lorsque le préfet a visité la ferme du Gaec du Breuil avec l´intention de se rendre compte sur le terrain des conséquences concrètes de la sécheresse sur une exploitation. "Des pluies qui ne changent rien au problème de fond", a convenu Philippe Rey, puisque le mal est fait et que les déficits fourragers ne se rattraperont plus, quoi qu´il arrive.Un tiers de la récolte normale"Nous n´avons récolté qu´un tiers de la quantité normale de fourrages", a témoigné Thierry Robert, qui exploite avec son père 60 hectares (dont 7 de céréales) avec 30 vaches laitières montbéliardes et 20 vaches allaitantes. "On a ramassé 180 m3 d´ensilage au lieu de 500, et 160 ballots de foin au lieu de 450", précisait-il.Plus loin, il a montré une parcelle de triticales grillées par le soleil. Le grain n´a pas eu le temps de se former, faute de pluie, et ces céréales devront être moissonnées dès juillet, avec presque un mois d´avance. D´autres ont choisi de les ensiler précocément."Les prairies sont tellement sèches que, depuis 15 jours, nous sommes obligés d´apporter du foin aux bêtes", dit-il.Situation qui a contraint l´agriculteur à acheter 30 tonnes de fourrages et des aliments complémentaires, de quoi tenir deux mois environ. Il estime qu´il devra ainsi en acheter plus de 100 tonnes. A 1 F le kilo, le calcul est vite fait.Plus de stocks pour faire face"J´avais déjà dû acheter 25 tonnes de paille et de foin l´année dernière à cause de la sécheresse que nous avons connue sur la Margeride", poursuit Thierry Robert. "Nous n´avons plus du tout de stock pour faire face", confirme un agriculteur, qui estime ses besoins à 200 tonnes.La sécheresse a aussi des incidences sur la quantité de lait et sa qualité : "Il me manque 150 litres par jour", dit Thierry Robert."Il y a des gens qui vendent des vaches faute de pouvoir acheter du fourrage", reprenait Lucie Rousset, déléguée cantonale de la FDSEA, jugeant que l´urgence est d´aider les agriculteurs, dont les trésoreries sont à sec, à s´approvisionner en fourrages.La préfecture a pris la mesure du problèmeTour à tour, Patrick Escure, président de la FDSEA et Antoine Croutes, président des Jeunes agriculteurs(1), ont listé les mesures qu´ils demandent aux pouvoirs publics de mettre en oeuvre (voir ci-dessous), en expliquant qu´ils ont commencé à recenser les pertes et les besoins en vue d´organiser des opérations d´approvisionnement."C´est vrai qu´on est face à un très gros problème : on se prépare à essayer d´éviter que la situation devienne catastrophique pour l´alimentation humaine et animale, et à la gérer dans le temps puisque les consommations d´eau vont augmenter", répondait le préfet. La cellule de veille se réunit une fois par semaine pour faire le point sur la situation. Une procédure de "calamités agricoles" a été lancée. Un arrêté de restriction des usages de l´eau a été pris, "parfois mal compris, en particulier en milieu urbain où ne se rend pas compte de l´étendue du problème". Parallèlement, les services de l´Etat ont recensé toutes les ressources en eau disponibles, ainsi que tous les plans d´eau qui pourraient servir à l´alimentation animale, comme les moyens de transport de l´eau utilisables, y compris les citernes des pompiers. Le pire, jusqu´au manque d´eau pour l´alimentation humaine, est envisagé."Sur ce point, la situation n´est pas dramatique pour l´instant... Quelques communes commencent toutefois à rencontrer des difficultés", relevait le préfet, en soulignant le très faible débit des sources et cours d´eau.En matière agricole, Philippe Rey s´est félicité du travail constructif mené depuis plusieurs semaines avec la FDSEA, les JA et la Chambre d´agriculture. Il a promis que tout serait mis en oeuvre au niveau du département pour venir en aide à des exploitations dont il a constaté qu´elles étaient "déjà fragilisées". Il a ainsi assuré que "tous les assouplissements nécessaires seraient recherchés au niveau de la réglementation", a soutenu l´idée de demander l´interdiction de broyage des céréales, et a reconnu que l´urgence était de répondre au manque de trésorerie des éleveurs.Pour plus d´informations, consultez L´Union agricole et rurale du 4 juillet 2003.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Union du Cantal se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,