L'Union du Cantal 26 septembre 2012 à 15h10 | Par Jean-Marc AUTHIE

Scénoparc IO - Une ardoise de 670 000 euros dont le Département se serait passé

La session de rentrée du Conseil général s’est tenue vendredi à l’Hôtel du département. Sur l’ensemble des dossiers traités, celui du Scénoparc a fait le plus réagir.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
C’était la rentrée des classes, vendredi dernier à l’Hôtel du département pour les 27 conseillers généraux du Cantal. Enfin pas tout à fait 27 puisque certains manquaient à l’appel pour diverses raisons. Une ­vingtaine de délibérations étaient au menu des élus. Parmi celles-ci, le ­Scénoparc et la dissolution du ­Syndicat mixte IO. La délibération portait exactement sur le projet de transaction entre la commune de Valette, propriétaire du terrain, et le Syndicat mixte IO, souhaitée par le Département en mars et qui engageait également les deniers de la Région (via le parc naturel régional des volcans d’Auvergne) et le pays Gentiane.
- © J.-M.A

“La moins mauvaise des solutions”

Ce projet de transaction concernait notamment le règlement du passif, auprès principalement des banques, et de l’actif réalisable. Le Département va nommer un mandataire chargé de la recherche d’acquéreurs des biens composant cet actif (évalutation des bâtiments). À l’arrivée, l’ardoise est lourde pour le Conseil général. Car sans tenir compte du produit de la vente des biens qui pourrait voir le jour, le Département s’est engagé à régler la dette soit 650 000 euros pour le remboursement du capital ; 20 000 euros pour les remboursements d’intérêts. Et à l’issue de la lecture de la délibération d’Éric Février (Saint-Mamet), c’est François Vermande (Maurs) qui tirait le premier. “C’était une ­catastrophe annoncée. On a mis combien ? On va recevoir combien ? Je ­m’étais déjà insurgé il y a dix ans devant ce projet. Le contribuable cantalien n’a fait que payer. Va-t-on enfin se servir de IO pour faire attention aux deniers publics ?” Cependant, tous s’accordaient à dire que c’était “la moins mauvaise des solutions”. “Nous n’avons pas le choix, notait Michel Cabanes (La Roquebrou). Si on ne vote pas, nous allons payer encore plus cher. Il faudrait davantage de rigueur face à ce type de projet.” Pour Charly Delamaide (Aurillac 3) “IO était un dossier à risque pour le Département, tout comme Le Lioran, Chaudes-Aigues... ”, convenait-il. L’unanimité était donc de mise sur ce dossier, ce qui était loin de déplaire au président Vincent Descœur. “C’est une deuxième mouture, un protocole plus favorable qu’avant”, précisait-il. “Je rappelle que nous avions émis des réserves quand aux prévisionnels annoncés. Si c’est 670 000 euros pour nous, c’est aussi 450 000 euros pour la Région. Nous sommes tous dans la même galère. Des risques, on en a pris, on en prendra encore comme pour le Très haut débit où il faudra oser y être à hauteur de 50 %”, concluait-il.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Union du Cantal se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 23 unes régionales aujourd'hui