L'Union du Cantal 08 juin 2016 à 08h00 | Par Jean-Marc Authié

Rugby : Merci pour tout

Le Stade aurillacois est tombé à Ernest-Wallon. Pas tant sous les coups de boutoir de l’Aviron bayonnais, mais sous une pression plus difficile à gérer que prévu.

Abonnez-vous Réagir Imprimer

Le Stade aurillacois ne montera pas en Top 14. Les Cantalous se sont inclinés samedi, au stade Ernest-Wallon de Toulouse, face à l’Aviron bayonnais, 21-16. Un score étriqué, mais qui reflète mal la physionomie de la rencontre. Car dans ce match, les Aurillacois auront couru après le score durant 80 minutes. La faute au vent, la faute à une étonnante fébrilité, la faute à une pression finalement plus présente que prévu. La faute au pied de Martin Bustos Moyano, l’arrière métronome argentin.

Faute de discipline, le Stade aurillacois aura couru après le score et les Bayonnais tout le match.
Faute de discipline, le Stade aurillacois aura couru après le score et les Bayonnais tout le match. - © M. V.

Indiscipline payée cash

Toutes les conditions étaient réunies samedi pour assister à un grand match. Un stade paré de rouge et bleu, de bleu ciel et blanc. Une amicale tension entre supporters qui s’est très vite transformée dès lors que Cyril Lafon, l’arbitre, a donné le coup d’envoi. Les Aurillacois seront les premiers à tirer. Une faute au sol. Une pénalité à 46 mètres de Maxime Petitjean qui s’élève, prend la direction des poteaux, mais est freinée puis déviée par le vent pour échouer à un mètre des perches. Derrière, un contre fulgurant des Bayonnais qui ne sont repris qu’à dix mètres de l’en-but aurillacois. Un jeu d’avants plus tard et une faute au sol à 20 mètres donnent l’occasion à Bustos Moyano de commencer son festival. 3-0, 6-0 puis 9-0 en 13 minutes, l’Aviron prend le large alors que le Stade rame son rugby. Les hommes de Davidson-Peuchlestrade n’arrivent pas à mettre leur jeu en place. De plus, ils sont d’une indiscipline trop coupable sur le premier acte pour attendre quoi que ce soit de positif. À la pause, Bayonne mène 18-6. Mais les plus irréductibles cantalous veulent encore croire au réveil des Rouges et Bleus. Une deuxième mi-temps à sens unique, à pilonner le camp adverse, à envoyer du jeu, mais à commettre un en avant par-ci, une mauvaise passe par-là, à faire des mauvais choix, à saborder des supériorités numériques (Bayonne jouera 20 minutes à 14). Samedi à Toulouse, rien n’allait. Cela faisait très longtemps que l’on n’avait pas vu un Stade aurillacois aussi maladroit. Ce qui fait le plus mal dans tout cela, c’est que les Aurillacois ont échoué à cinq points au final. Un essai de Mc Phee (79e) redonne l’espoir. Mais le renvoi sera à l’image de la rencontre. Une réception, puis une relance des 22, ce ballon qui tombe en avant on se sait trop pourquoi. Peut-être que le scénario aurait été tout autre si Bayonne n’avait pas rapidement pris le large ou été obligé de faire du jeu. Les Basques ont gagné le droit de rejouer en Top 14 l’an prochain. Pas le Stade à qui on souhaite de ne pas traîner ses regrets comme un boulet pour 2016-2017.

 

 

Plus d'infos à lire cette semaine dans L'Union du Cantal.

Droits de reproduction et de diffusion réservés.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Union du Cantal se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 23 unes régionales aujourd'hui