L'Union du Cantal 22 septembre 2010 à 14h29 | Par M. Varnieu

RN 122 : une condition sine qua non au développement économique

Les trois communes Aurillac, Sansac-de-Marmiesse et Ytrac sont appelées à se prononcer sur la future déviation de la RN 122 jusqu’au 1er octobre.

Abonnez-vous Réagir Imprimer

Les tracés sont enfin définis... mais pas définitifs ! Depuis vendredi, les quatre variantes proposées afin de dévier la RN 122 à hauteur de Sansac-de-Marmiesse et la raccorder au contournement sud d'Aurillac ont été dévoilées par le préfet, ainsi que par la Dreal (Direction régionale de l'environnement, de l'aménagement et du logement) Auvergne, maître d'ouvrage (voir le détail des variantes ci-dessous). Dans le cadre d'une concertation publique ouverte jusqu'au 1er octobre dans les mairies concernées, les habitants de Sansac, Ytrac et Aurillac sont donc invités à s'exprimer sur le futur de la RN122, un projet d'envergure pour le département, comme l'a qualifié Paul Mourier, préfet du Cantal. Concrètement, cet aménagement de la route nationale, qui concernera d'ici 2014 la totalité de l'axe entre Le Lioran et Figeac, s'effectuera par tranches, décrites dans l'Avant projet sommaire d'itinéraire (Apsi) : des créneaux de dépassement entre Massiac et Neussargues (8 millions d'euros) ; des acquisitions foncières pour dévier Polminhac (2 millions) et enfin, la déviation de Sansac et le contournement sud d'Aurillac (36,2 millions d'euros).

Le schéma récapitulatif des variantes a été proposé à l’assemblée afin de concrétiser des années d’études.
Le schéma récapitulatif des variantes a été proposé à l’assemblée afin de concrétiser des années d’études. - © DR

Dix kilomètres très attendus

Entre 2008 et 2010, une dizaine de réunions ont déjà rassemblé en préfecture les collectivités territoriales afin d'établir ces quatre tracés. Des études préalables, sous la conduite de la Dreal Auvergne et du Centre technique de Lyon (CETE), ont permis de confronter les idées et de faire naître quatre variantes qui prennent en compte les problématiques de la biodiversité, du milieu agricole, du bruit, de la sécurité routière... Le tracé plébiscité sera ensuite conservé, enclenchant toute une série de procédures (Déclaration d'utilité publique, Plan d'occupation des sols,...) avec un début de chantier prévu pour fin 2012. Malgré ce calendrier plus que "resserré", "l'État fera tout pour le tenir", a promis le préfet conscient que le besoin de cette déviation se fait urgent et qu'Aurillac n'est qu'une étape dans le renouveau de la RN 122. Cette infrastructure nouvelle de 10 kilomètres devrait en effet rapprocher le secteur de la Châtaigneraie de la ville préfecture, et participer au développement économique du Cantal, et de l'agglomération aurillacoise en particulier. C'est dire si elle est attendue.

 

 


Plus d'infos à lire cette semaine dans L'Union du Cantal.
Droits de reproduction et de diffusion réservés.

 

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Union du Cantal se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 23 unes régionales aujourd'hui