L'Union du Cantal 10 avril 2015 à 08h00 | Par C.Rolle

René Souchon se retire

C’est non sans une pointe d’émotion que René Souchon a annoncé mercredi qu’il ne sera pas candidat aux prochaines élections régionales.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
René Souchon, qui ne se représente pas, a taclé au passage la réforme territoriale.
René Souchon, qui ne se représente pas, a taclé au passage la réforme territoriale. - © C.Rolle

Au 31 décembre, le président du Conseil régional clôturera ainsi 40 ans de vie politique égrenée  de mandats divers : conseiller général du Cantal en 1976, maire d’Aurillac en 1977, député en 1980, secrétaire d’État à l’Agriculture et à la forêt en mars 1983, puis ministre délégué en 1985 avant d’être élu conseiller régional et président de la Région Auvergne. Est-ce l’âge qui a conduit le président à mettre un terme à son mandat ? “ Ce n’est pas la raison essentielle, répond- il. Aujourd’hui, je constate avec tristesse qu’il n’y a plus de projet de société capable de fédérer la   gauche   et   de donner de l’espoir à la jeunesse de France.” Et de regretter “les alliances politiques  contre-nature  entre  le Front de gauche et les Écologistes  (EELV)  qui  ont  contribué à la défaite électorale départementale”.


La fin du programme commun de la gauche


Pour René Souchon, c’est un nouveau cycle politique qui s’ouvre ; un cycle qui met un terme au programme commun de la gauche initié en 1972 et sur lequel il a construit ses idéaux et l’ensemble de sa vie politique. “Ce cycle est aujourd’hui révolu et c’est là ma raison principale d’arrêter”, confie-t-il. Autant le dire, René Souchon ne  se reconnaît  plus  dans  la gauche actuelle. “Il est temps de changer de logiciel politique et de laisser la place à la nouvelle génération  qui émerge.”


Fiertés et déceptions


Sans faire un bilan exhaustif de son action, René Souchon se dit fier au niveau de la région d’avoir réussi à entraîner toutes les collectivités dans la révolution numérique. Fier également au plan national de la loi qu’il a fait voter en 1984 sur le développement et la protection de la Montagne (aujourd’hui en rénovation).  Mais le président ose aussi les déceptions.  Il n’hésite pas à tacler la réforme territoriale en évoquant “une réforme ratée”. “La fusion des Régions n’était pas indispensable ; tout ce qui aurait dû être fait n’a pas été fait, à commencer par la réforme des Départements avant d’entamer celle des Régions. Cette réforme, c’est ni fait ni à faire !” s’emporte le président. Pas question pour autant d’abandonner la partie. René Souchon compte conduire son mandat à terme et poursuivre son implication dans la co-construction de la future Région. “Cela m’occupe beaucoup ! Et la Région impulse encore  de nouveaux projets auvergnats.”


Et après ?


René Souchon met aussi un terme à son engagement dans la sphère politique. Il soutiendra la candidature socialiste de Jean-Jack Queyranne à la présidence de la nouvelle Région et après… “Pourquoi ne pas mettre mon expérience au services des autres ? Je vais construire une autre route, plus intime sans pour autant renier mes convictions.” Et de conclure : “Oui, il y a une vie  après la politique !”


Droits de reproduction et de diffusion réservés.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Union du Cantal se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,