L'Union du Cantal 02 juin 2010 à 14h52 | Par J.-M. Authié

“Proposer d’autres solutions”

La ligne Brive-Aurillac en discussion entre la Région et le comité pluraliste de défense de la ligne.

Abonnez-vous Réagir Imprimer

Luc Bourduge, vice-président de la Région en charge des transports, est allé, vendredi 21 mai, à la rencontre du comité pluraliste de défense de la ligne Brive-Aurillac. Une discussion afin de faire le point sur les travaux qui vont perturber la ligne durant l'été et jusqu'en octobre. "Par rapport aux travaux sur la ligne Brive-Aurillac, nous ne disons pas qu'ils ne sont pas nécessaires, mais le service de substitution routier proposé a été fait sans concertation, expliquaient Guy Constant et Lionel Oubrayrie, du comité pluraliste de la ligne de défense Brive-Aurillac. Il faut bien rappeler que ces travaux vont durer deux mois et demi... et qu'ils ne concernent que la partie entre Laval de Cère et Aurillac".

 

 

Luc Bourduge, vice-président de la Région en charge des transports, 
à la rencontre des défenseurs de la ligne Brive-Aurillac.
Luc Bourduge, vice-président de la Région en charge des transports, à la rencontre des défenseurs de la ligne Brive-Aurillac. - © J.-M.A.

Des trains sur Brive-Bretenoux ?

Le comité ne comprend donc pas pourquoi, sur la partie entre Brive et Bretenoux-Biars, "les trains ne pourraient pas circuler. C'est tout de même un bassin de 40 000 personnes et de 2 000 emplois. On sait très bien que le mode de transport par car ne correspond pas et ne plaît pas aux usagers. Nous savons qu'ils ne l'utiliseront pas, qu'ils préfèreront les voitures et que ce sera très dur ensuite de leur faire reprendre le train". Le comité a organisé plusieurs rencontres et débats auprès des élus "qui ont fait remonter l'information auprès de la SNCF. Mais elle botte en touche en expliquant que c'est la Région qui est organisatrice du transport ferroviaire", poursuit le comité. Et la Région, justement, était présente pour discuter de cette question. "Le service ferroviaire, c'est la Région et l'investissement dépend beaucoup de la Région, répétait Luc Bourduge. Je vais donc interpeller la SNCF pour la partie concernant Bretenoux-Brive afin de proposer une autre offre de transport durant les travaux". Et d'ajouter : "Pour un meilleur fonctionnement en raison des travaux, je vais également organiser, avec mes collègues de Midi-Pyrénées et du Limousin, une réunion le plus rapidement possible pour débattre sur le sujet. J'ai fait le choix d'aller à la rencontre des gens justement pour qu'ils m'expliquent leurs difficultés. Elles existent sur Brive-Aurillac comme sur d'autres lignes". Le vice-président de la Région était également présent pour discuter de plusieurs dossiers à venir sur le transport ferroviaire (plate-forme, cadencement, investissement, matériels, convention...), dont l'avenir du fret. "La Région ne participera pas, même pour un euro, au développement du fret privé en Auvergne. C'est à l'État de le faire et non à la Région". "C'est d'autant plus navrant que la SNCF a annoncé qu'elle se désengageait du fret, alors que dans le même temps, elle investit dans le développement du privé. Chez nous, le Plan rail doit permettre de supprimer les ralentissements qui concernent tout de même 10 % du trafic national. À défaut de pouvoir gagner du temps sur le trajet, c'est retrouver au moins son niveau initial".

 

Plus d'infos à lire cette semaine dans L'Union du Cantal.
Droits de reproduction et de diffusion réservés.

 

 

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Union du Cantal se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 21 unes régionales aujourd'hui