L'Union du Cantal 05 octobre 2016 à 08h00 | Par Agrapresse

Produits laitiers : le raffermissement des cours se confirme

"On est sortis de l'ornière", annonce Benoît Rouyer, économiste à la Maison du lait. Les cours mondiaux des produits laitiers remontent. Mais à quand un effet sur le prix du lait ?

Abonnez-vous Réagir Imprimer

"Un raffermissement des prix est attendu au cours des prochains mois", a annoncé le 28 septembre Benoît Rouyer, économiste à l'interprofession laitière, le Cniel. "Après deux années de crise, le marché des produits laitiers montre enfin des signes de redressement", observait-il. Gérard You, chef de service conjoncture laitière à l'Institut de l'élevage, confirme l'information et annonce "une année 2017 meilleure que les deux années précédentes". Dans la semaine du 19 au 25 septembre, la cotation Atla(1) du beurre a atteint 4 200 EUR/tonne en prix spot et celle de la poudre de lait maigre 2 000 EUR/tonne. Cette dernière a dépassé le niveau du prix d'intervention (1 698 EUR/tonne) depuis quelques semaines, mais reste encore loin des sommets atteints en 2013-2014 (3 300 EUR/tonne). Quant au cours du beurre, il frôle celui de la fin 2013 (4 400 EUR/tonne). "Il y a clairement un manque de matières grasses laitières sur les marchés internationaux", souligne Benoît Rouyer, d'où un prix qui s'envole.

Selon la FNPL, la remontée des cours des produits industriels permet une valorisation du prix du lait à plus de 260€/t.
Selon la FNPL, la remontée des cours des produits industriels permet une valorisation du prix du lait à plus de 260€/t. - © Candia

Un manque de matière grasse laitière

Gérard You, comme Benoît Rouyer, confirme l'absence de stock de beurre et des tensions futures sur ce marché. "Il y a dix ans, c'était la situation inverse", rappelle Benoît Rouyer. La filière ne savait que faire de la matière grasse du lait. Entre-temps, selon lui, elle "s'est adaptée" en améliorant la génétique des vaches qui produisent du lait moins gras (1 g de matière grasse en moins par litre de lait). De plus, les matières grasses laitières sont moins décriées par le corps médical, notamment aux États-Unis. Du côté de la poudre de lait écrémé, la reprise est, par contre, plus "modeste", selon lui. Les stocks importants (350 000 tonnes) de la Commission européenne (CE) "auront un effet d'amortisseur", analyse Gérard You. Il n'imagine pas un effet d'emballement des acheteurs comme cela pourrait être le cas pour le beurre. "La façon dont la CE va gérer les stocks sera stratégique", relève Benoît Rouyer, plutôt confiant cependant.

Net ralentissement de la production

"Ce retournement de conjoncture est la conséquence d'un net ralentissement de la production dans les principaux bassins exportateurs", dont l'Europe, explique Benoît Rouyer, citant une baisse de 5 % de la production pour la France et l'Allemagne depuis le début du mois de septembre. Les deux économistes sont d'accord pour dire que l'aide à la réduction de la production délivrée par Bruxelles est arrivée trop tard et n'a eu qu'un impact "à la marge"dans cette remontée des cours. "Bon nombre de producteurs avaient déjà ralenti leur activité en juin", note Benoît Rouyer. Gérard You considère que cette aide est plutôt "un effet d'aubaine" pour les éleveurs. D'ailleurs, Benoît Rouyer cite en exemple des communications allemandes incitant à faire adhérer les éleveurs à cette mesure de réduction de la production quitte à ne pas la réaliser par la suite. Des éleveurs en grande difficulté de trésorerie Dans tous les cas, "la trésorerie des éleveurs reste préoccupante", affirme Benoît Rouyer. Et les tensions risquent de s'exacerber entre industriels et producteurs qui attendent une répercussion de la hausse des cours sur leur paie de lait. "Ça va mieux, mais vous êtes obligés d'attendre", illustre Benoît Rouyer : un discours qui passe mal auprès des producteurs. "Le prix du lait 2016 est acté alors que l'année n'est même pas finie", constatait Marie-Andrée Luherne, secrétaire générale de la Fédération régionale des exploitants agricoles de l'Ouest (FRSEAO), le 28 septembre. Il faudra patienter jusque début 2017, selon bon nombre d'acteurs de la filière, pour voir un impact de cette hausse sur le prix du lait payé aux éleveurs, tout en sachant que les négociations commerciales auront leur mot à dire dans le ballet des prix, comme la loi Sapin II. Par contre, "on peut s'attendre à une remontée du prix B dans les semaines à venir", précisait Gérard You car "si les industriels veulent du lait demain, ils n'ont pas intérêt à laisser les producteurs exsangues". D'autant plus que la météo n'a pas permis une récolte fourragère de qualité.

(1) Atla : Association de la transformation laitière française.

 

 

Plus d'infos à lire cette semaine dans L'Union du Cantal.

Droits de reproduction et de diffusion réservés.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Union du Cantal se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,