L'Union du Cantal 05 août 2003 à 00h00 | Par Marie-Laure Chabalier

Porc de montagne - LA CCP enfin validée

Le porc de montagne vient d´obtenir la certification de conformité produit (CCP). Le président de l´association, Georges Champeix, aimerait que de nouveaux marchés s´ouvrent.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
- © AA
Georges Champeix, président de l´association porc montagne (APM), répond à nos questions.Quelles sont les nouvelles sur le dossier du porc de montagne ?"Le ministère de l´Agriculture a validé notre demande d´obtention de CCP. Nous attendions cette décision depuis de longs mois, elle récompense huit années de travail.Sur quels critères porte la CCP ?Elle s´appuie sur trois caractéristiques : la taille des élevages (120 truies maximum), le bien-être animal et l´intégration paysagère des bâtiments. Ces éléments complètent la condition pour les animaux d´être nés, élevés et abattus en zone de montagne. Qu´attendez-vous de l´obtention de ce signe de qualité ?Cette certification doit nous ouvrir des portes. Nous travaillons aujourd´hui avec 70 magasins, répartis entre deux enseignes, Champion et monoprix. Mais nous recherchons des référencements nouveaux. Cette CCP est un gage de qualité, attendu par les consommateurs, et donc les distributeurs.Les adhérents d´APM doivent être satisfaits...Nous fédérons 1700 éleveurs, parmi lesquels 700 sont engagés dans la démarche et 100 approvisionnent la filière. Mais malgré l´avancée de nos travaux, l´assemblée générale d´APM témoigne que les producteurs aimeraient que nous allions plus vite. Mais une politique de qualité s´inscrit forcément dans la durée.Quelles difficultés rencontrez-vous ?Des enseignes mettent en place des démarches concurrentes qui occupent le linéaire. D´autres exigeaient la CCP. Maintenant que nous l´avons, nous devrions donc accéder à de nouveaux marchés. Travaillez-vous exclusivement en viande fraîche ?Non, car la CCP porte à la fois sur la longe, vendue en frais, et sur les pièces (jambon, épaule, poitrine et bardière), à destination des salaisonniers. Ceux qui travaillent le label rouge sont des débouchés potentiels.Maintenant que la CCP est obtenue, quels sont vos axes de travail ?Nous nous attacherons à renvoyer de la valeur ajoutée aux producteurs. Notre défi porte sur la conjugaison de la montée en puissance et le maintien de la qualité. Nous devons organiser le marché et notre plate-forme de vente PMD (Porc de montagne distribution) se révèle être un outil précieux.Comment expliquez-vous le succès du Porc de montagne ?Même si rien n´est jamais acquis, je le résumerais en trois raisons. Premièrement, nous travaillons sur des produits de qualité. Deuxièmement, la gestion du marché grâce à PMD, que nous maîtrisons. Cet interlocuteur unique face à la grande distribution maintient le marché et des prix corrects. Et, troisièmement, parce que les éleveurs s´impliquent fortement. Leur présence en magasins donne du sens à notre démarche. Notre succès sera donc réel quand ils toucheront de la valeur ajoutée."Pour plus d´informations, consultez L´Union agricole et rurale du 2 août 2003.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Union du Cantal se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 20 unes régionales aujourd'hui