L'Union du Cantal 19 septembre 2007 à 00h00 | Par P.Piganiol

Plus de 500 salers attendus sur le concours national

Le 134e concours national de la race salers aura lieu les samedi 22 et dimanche 23 septembre à Mauriac.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
C’est dans un contexte qui reste très porteur pour les animaux d’élevage, et malgré les menaces que fait peser la progression de la fièvre catarrhale sur le territoire français, que se tiendra samedi et dimanche la 134e édition du concours national de la race salers. Après Salers et ses journées internationales en 2006, la manifestation retrouvera cette année le Parc des Rédines de Mauriac. Si l’évolution de la situation sanitaire fait encore peser quelques incertitudes, et privera de toute façon le concours national de quelques élevages du nord-est de la France en particulier, les organisateurs s’attendent à une forte participation, tant au niveau des animaux que des exposants.
Après Salers en 2006 (photo), le concours national revient à Mauriac cette année. Il se tiendra sur le Sommet de l’élevage en 2009.
Après Salers en 2006 (photo), le concours national revient à Mauriac cette année. Il se tiendra sur le Sommet de l’élevage en 2009. - © P. P.

Record battu au niveau des exposants

En effet, 750 animaux étaient préinscrits : si bien qu’on espère en accueillir autour de 550 vendredi sur les quais de débarquement. Cinq départements devraient être représentés : le Cantal (avec 75 élevages), la Corrèze (13), le Puy-de-Dôme, le Lot et le Calvados. Le nombre d’exposants du “village salers” devrait quant à lui battre tous les records : “Jamais, nous n’en aurons accueillis autant, ce qui est plutôt un signe positif et montre l’engouement pour la race”, relève Bruno Faure, directeur du Herd-book et de l’Upra salers. Une quarantaine sont en effet attendus, soit une dizaine de plus qu’en 2006. Par exemple, le Comité interprofessionnel des fromages proposera des dégustations de cantal et salers ; l’association Val’lait Cère présentera son nouveau fromage au lait de salers ; l’association Tradition salers et la coopérative de Saint-Bonnet-de-Salers sont également attendus. Pour ce qui est de la viande, les filières Bœuf du Cantal, Label rouge salers et la coopérative Acajou des volcans seront de la partie, sans oublier les Salaisons du Sancy... Côté animations, les organisateurs ont prévu des jeux gonflables pour les enfants et des balades en calèche. L’Enilv (école nationale des industries du lait et de la viande) animera le dimanche des démonstrations de fabrication de fromage...

Une femme parmi les juges titulaires

Parmi les nouveautés du concours, une petite révolution : pour la première fois en effet, une femme fera partie du jury, qui comprendra cinq juges. Il s’agit d’Anne-Marie Bernard, éleveur salers dans le Finistère. Elle fait partie de la trentaine de juges agréés spécialement formés ces dernières années par le Herd-book et l’Institut de l’élevage. Le choix des juges pour le concours national relevant au final d’un vote du Herd-book. Les opérations de jugement se dérouleront le samedi toute la journée (les sections le matin, les prix spéciaux l’après-midi et les prix d’ensemble à 18 heures). Suivront le traditionnel repas et la soirée dansante des éleveurs (ouverts à tous) organisés par les comices agricoles de Salers et Mauriac. La journée du dimanche matin s’ouvrira par une présentation commentée de taureaux issus de la station d’évaluation. Suivie vers 10 heures de la troisième vente aux enchères de l’association de promotion de la race salers. Une petite dizaine de génisses pleines de 28 à 36 mois seront proposées, sous la baguette de Philippe Deiber, avec une mise à prix fixée à 3 200 euros.

Le défilé à 15 h 30

La visite officielle et les discours sont prévus entre 11 h 30 et 12 h 30. Puis, un “repas salers” sera servi à la halle des sports de Mauriac. Clou de manifestation : le défilé des animaux primés et la remise des prix interviendront à partir de 15 h 30. A noter enfin qu’un parking payant (2 euros) sera comme d’habitude proposé sur place aux visiteurs. Il sera aussi possible de se garer en centre-ville et de profiter de la navette gratuite mise en place par la mairie.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Union du Cantal se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 21 unes régionales aujourd'hui