L'Union du Cantal 02 mai 2012 à 14h23 | Par R.Saint-André

One, two, tripoux : qui confectionne le meilleur tripoux?Réponse à Thiézac!

Le public, qui viendra assister à la septième édition de la fête de terroir One, two, tripoux les 12et 13mai à Thiézac, pourra participer à un jury populaire pour désigner le meilleur savoir-faire.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Une partie de l’équipe organisatrice, préparant le jour J.
Une partie de l’équipe organisatrice, préparant le jour J. - © R.Saint-André
C’est une nouveauté cette année. Cinq producteurs de tripoux seront en lice pour désigner le champion en la matière. Une sorte de “Goudot gourmand” qui ne porte pas son nom, puisque réalisé sur Thiézac, donc hors du cadre des Européennes du goût, comme l’explique Chrystelle Deknudt, présidente de l’association One, two, tripoux. Contrairement aux précédentes éditions, où de futurs chefs s’activaient derrière les fourneaux pour proposer une recette inventive, les tripiers proposeront le produit sous sa forme la plus simple et le public pourra les goûter “à l’aveugle” afin de désigner celui qui semble le meilleur. Le lauréat se verra alors remettre un prix, sous forme d’un trophée spécialement créé par un artisan local. Conçu pour être reconduit, ce concours s’élargira à d’autres départements que le Cantal, notamment à l’Aveyron, et pourra aussi, dans les années futures, s’ouvrir à d’autres préparations proches du tripoux, comme la pansette puydômoise ou les pieds et paquets provençaux... D’autant plus judicieux, que la cinquantaine de bénévoles et les restaurateurs locaux partagent l’idée d’exporter la fête, autant que faire se peut.

One, two, trophée

 

Déjà, les opérations de communication extérieures se multiplient et la certitude d’accueillir au moins 200 camping-cars cette année est acquise. Voilà qui ne peut que réjouir Guillaume Laybros, maire de Thiézac - et fondateur de la fête - qui ouvre grand le camping municipal pour l’occasion. Touristes, population locale et tous les amateurs de soirée cabaret ne manqueront pas le spectacle du samedi soir, véritable coup d’envoi d’un week-end festif et gourmand, ouvert à tous... y compris à ceux que le tripoux n’inspire pas trop (voir détail du programme ci-contre). “D’ailleurs, traditionnellement, nous servons davantage de saucisses-truffade que de tripoux”, reconnaît Chrystelle Deknudt. Sur les 4 000 visiteurs qui se rendront à One, two, tripoux, autour de 900 convives sont attendus entre les repas du 12 mai au soir et du dimanche 13 mai à midi. D’autres préfèreront une table dans les restaurants locaux, dont les chefs regorgent d’imagination pour revisiter le tripoux sous des formes inattendues (lasagnes, feuilleté, verrine, tapas...). On vient aussi ici, pour rire du théâtre de rue, s’emplir les oreilles de musiques variées, profiter d’un marché de pays, découvrir une vallée, échanger avec ses habitants...

 

 

 

Plus d'infos à lire cette semaine dans L'Union du Cantal.

Droits de reproduction et de diffusion réservés.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Union du Cantal se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,