L'Union du Cantal 16 août 2006 à 00h00 | Par Renaud Saint-André

Nouveau cadre pour les “acteurs du milieu rural”

La formation “Devenir acteur en milieu rural” change de lieu. Une douzaine de stagiaires est attendue à Sainte-Eulalie du 17 octobre au 17 novembre.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Le centre Hors saison à Sainte-Eulalie va accueillir pour la première fois la formation “Devenir acteur en milieu rural”.
Le centre Hors saison à Sainte-Eulalie va accueillir pour la première fois la formation “Devenir acteur en milieu rural”. - © L'Union du Cantal
Mieux connaître son environnement socioprofessionnel sert forcément son projet d’installation. Mais les stagiaires qui participent à une session “Acteur en milieu rural” viennent chercher plus que cela. Quelque chose qui ne s’enseigne ni sur les bancs de l’école, ni à la ferme : la confiance en soi, l’envie de participer à une organisation professionnelle, à la vie de son village, à s’engager ou animer des actions collectives. Et ça marche. Le syndicat des Jeunes agriculteurs qui organise cette formation confirme qu’un tiers de ses présidents cantonaux en sont issus. “Sur 27 administrateurs, 10 ont suivi la formation”, précise Joël Piganiol, chargé du suivi professionnel. Les candidats potentiels (installés ou non) qui veulent s’inscrire à la session 2006 -qui se tiendra du 17 octobre au 17 novembre- peuvent le faire dès à présent.

Attirer un nouveau public
Et si la formation quitte la ferme de Trielle (sur les hauteurs de Thiézac) pour investir le centre Hors-saison (à Sainte-Eulalie) c’est pour tenter de capter un public nouveau, en particulier sur la partie Ouest du département. Un changement notable, certes, mais qui ne remet pas en question ni le programme qui a fait ses preuves, ni la participation des partenaires que sont les animatrices de l’Ifocap chargées d’encadrer le stage, Agnès Rondeau et Sabine Treca. Durant 5 semaines, à raison de 4 jours par semaine, une quinzaine de stagiaires se formera à la communication, notamment orale ; aux enjeux de l’agriculture départementale ; au fonctionnement et au rôle des organisations professionnelles ; au montage d’un projet et participera en outre à un voyage à Paris qui leur permettra de découvrir -entre autres- les coulisses de l’Assemblée nationale...

Se sentir capable d’agir et de s’investir
Les frais d’hébergement et de restauration sont pris en charge par les JA, tandis que le Conseil général verse une bourse compensatrice. En effet, le stage donne droit à une équivalence d’un mois pour le stage 6 mois préalable à l’installation, habituellement rémunéré. “Cette année, le groupe devra réaliser une étude qui servira de fil rouge tout au long du stage. Elle a pour thème l’organisation de l’événement national des 16 et 17 décembre au pied de la Tour Eiffel que montent les JA sur la communication autour du métier d'agriculteur et la promotion des produits de chaque région”, confie Joël Piganiol. A l’issue de cette formation, les jeunes stagiaires doivent avoir acquis “une base pour devenir acteur au sein de structures agricoles ou non” et pour “s’engager au niveau où ils se sentent capables d’agir et de s’investir”.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Union du Cantal se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 23 unes régionales aujourd'hui