L'Union du Cantal 08 février 2012 à 15h13 | Par Jean-Marc Authié

Marie-Anne Montchamp inaugure l’Arch et plébiscite le Cantal sur le handicap

Marie-Anne Montchamp, secrétaire d’État auprès de la ministre des solidarités et de la cohésion sociale, était en visite à Aurillac et à Saint-Flour jeudi.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
“Aujourd’hui, j’ai voulu faire comprendre à tout le monde que dans un département aussi bien équipé pour les personnes handicapées, il fallait tirer profit de cette avancée pour tendre vers encore plus d’innovation. La réponse d’ordre général est présente ici. Il faut maintenant apporter une réponse beaucoup plus spécifique et je souhaite vraiment que l’on se prépare à aller vers un accroissement de la précision dans les réponses que nous devons apporter aux personnes handicapées.” En quelques mots, Marie-Anne Montchamp, secrétaire d’État auprès de la ministre des solidarités et de la cohésion sociale, en charge notamment du volet handicap, vient de rassurer tout le monde. Mieux, elle a même donné quelques perspectives d’avenir plutôt réjouissantes “si le département poursuit dans cette voie, dans la voie que les associations comme l’Adapei et l’Arch ont choisie”, insistait-elle.
Aux côtés de Pierre Rodde, président de l’Arch, Marie-Anne Montchamp a trouvé les mots pour conforter le Cantal dans ses choix concernant les personnes handicapées.
Aux côtés de Pierre Rodde, président de l’Arch, Marie-Anne Montchamp a trouvé les mots pour conforter le Cantal dans ses choix concernant les personnes handicapées. - © J-M.A

L’Arch, l’autre acteur moteur de l’insertion des handicapés

 

Car jeudi, la visite de la secrétaire ­d’État a fait étape en matinée sur Aurillac. Après avoir inauguré l’extension du foyer logement de Tronquières, établissement géré par ­l’Adapei, la secrétaire d’État s’est rendue à l’Arch, en plein centre-ville, pour inaugurer cette fois le foyer d’accueil médicalisé porté par l’association. L’Association pour la réhabilitation des Cantaliens handicapés est née en 1956, de la volonté de deux personnes de créer un atelier de tailleur. Depuis, l’association n’a cessé de grandir pour répondre au mieux aux besoins, “pour améliorer le sort des personnes en situation de handicap physique, moteur, organique et sensoriel”, comme le rappelait Pierre Rodde, président de l’Arch. Aujourd’hui, via l’Arch, ce sont 50 travailleurs handicapés qui ­œuvrent dans les ateliers de l’Établissement et service d’aide par le travail (Ésat), 15 en Entreprise adaptée (EA), un foyer d’hébergement de 18 places... bref, 85 personnes qui bénéficient du dynamisme de l’Arch, auxquelles il faut désormais ajouter les 32 du foyer médicalisé. Soutenu par le Conseil général et par la Ville d’Aurillac dans sa volonté ­d’agrandissement et de développement de services, l’Arch a su fédérer les partenariats dans une opération de 2,1 millions d’euros “qui répond à des besoins locaux clairement identifiés”, insistait Pierre Rodde. “Il faut savoir apporter une réponse complète et personnalisée. Je suis très sensible à la démarche du Cantal en matière de handicap qui exprime le “vivons ensemble dans la cité”. Je veux que ce département devienne un véritable laboratoire ­d’innovation en la matière. Il faut faire du Cantal un véritable fer de lance en la matière”, concluait la ministre.

 

 

 

 

Plus d'infos à lire cette semaine dans L'Union du Cantal.

Droits de reproduction et de diffusion réservés.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Union du Cantal se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 20 unes régionales aujourd'hui