L'Union du Cantal 13 juillet 2016 à 08h00 | Par Renaud Saint-André

Marcolès s’anime durant l’été... et même toute l’année!

Les associations marcolésiennes et la municipalité ont révélé le planning d’une saison et d’une année chargées en animations, expositions, visites... Un feu d’artifice de festivités.

Abonnez-vous Réagir Imprimer

Marcolès est connue à plusieurs titres. Petite cité de caractère fraîchement labellisée, on lui associe aussi souvent le nom des manifestations phares qui ont fait sa réputation : le critérium cycliste, les Carrierons, devenus les Nuits de Marcolès, ou encore Léz’Arts de la rue. Mais le collectif d’associations programme bien plus que celà, au point qu’un magazine est spécialement édité. Une série d’animations qui profite du soutien de la municipalité (subventions, mise à disposition de matériels ou d’agents, etc.) et pour certaines de la communauté de communes ou du Conseil départemental.

Enracinées

Histoire de “mettre le feu”, tout a démarré le jour de la Saint-Jean. Puis une fête de l’école a suivi avant une grande nouveauté : un premier Salon d’antiquités et de belles brocantes, qui s’est déroulé ce week-end dans et autour de la salle polyvalente. Il faudra patienter jusqu’au 20 juillet, où durant quatre jours, les Nuits de Marcolès feront la démonstration - si c’était nécessaire - qu’elles “s’enracinent” dans le panel des manifestations festives qui comptent : le thème des racines est en effet retenu pour cette... 22e édition. Le comité d’animation culturelle a invité cette année le conteur David Tormena, tandis que les Frères Locomotive assureront l’accompagnement musical et que Grimoires en lumières créera une nouvelle fois l’ambiance si particulière liée à l’enluminure architecturale(1). Christian Montin, maire et qui souvent participe en qualité de comédien amateur, promet une édition “légèrement raccourcie” (début des spectacles à 21 heures). Changement d’ambiance mais pas de cadre, avec le célèbre critérium international d’après Tour, le 3 août. La barre est haute pour Francis Cantournet et son équipe, qui conviennent d’une édition 2015 “exceptionnelle”, tous les ingrédients étant réunis : les cham-pions, la météo ensoleillée, la foule de supporters, l’ambiance réussie... Si cette fois, en raison des JO quelques jours après, il paraît difficile de s’assurer de la présence du maillot jaune du Tour, en revanche, de grands médias devraient couvrir l’événement, dont Eurosport. Et pour ce 19e critérium est annoncée la présence de la “Miss Critérium” élue en mai et celle de Daniel Mangeas, la voix officielle du cyclisme français. En coulisse, les organisateurs se félicitent de pouvoir compter aussi sur la main d’œuvre bénévole issue de toutes les autres associations marcolésiennes...

Des événements phares et bien d’autres, proposés toute l’année, rappelés dans un magazine spécialement édité.
Des événements phares et bien d’autres, proposés toute l’année, rappelés dans un magazine spécialement édité. - © UC

Et en plus, on laboure

À peine le temps de souffler, après ce tour en vélo, que déjà il faudra troquer le short cycliste pour les bulles du “Bubble foot”, une des nombreuses attractions promises le 7 août à l’occasion de la finale départementale de labour préparée par les Jeunes agriculteurs (avec aussi baptèmes de l’air en hélicoptère, etc.). Puis le bourg de la cité se métamorphosera une nouvelle fois, avec Léz’Arts de la rue qui, le 15 août et contre 1 euro symbolique, ouvrira la porte de toutes les fantaisies, de la poésie, du théâtre et des jongleries ; un festival avant l’heure. D’ailleurs, un partenariat est noué avec Éclat et le spectacle de la Cie du 2e contact sera joué dans le cadre des préalables. Au total, une quinzaine de troupes se produiront avant un feu d’artifice et un bal. Les 17 et 18 septembre, s’ouvriront les journées du patrimoine, avec notamment un zoom sur la restauration de l’église Saint-Martin où un concert sera donné ; ce même dimanche, l’enduro des Tracautermes réunira autour de 200 pilotes ; en fin de mois, on rallumera des fours fraîchement restaurés lors de balades à la découverte du petit patrimoine. En novembre, un nouveau marché des artisans d’art regroupera entre 30 et 40 exposants, dont de nombreux profitent du label Arts de France. En décembre, la troupe de théâtre amateur des Confipotes jouera une toute nouvelle pièce... Mais Marcolès s’anime aussi dans les anciennes échoppes, avec des exposants à la salle Giraudet, les instruments de musique créés par Philippe Henry, les produits réalisés autour du miel avec Séverine Cano, du patchwork, des papiers journeaux recyclés en déco... et tant d’autres bonnes raisons de venir faire un tour dans cette cité décidément pleine de caractères. (1) Ces ex-Toulousains se sont installés à l’année à Marcolès.

Plus d'infos à lire cette semaine dans L'Union du Cantal.

Droits de reproduction et de diffusion réservés.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Union du Cantal se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 23 unes régionales aujourd'hui