L'Union du Cantal 05 décembre 2007 à 00h00 | Par Patricia Olivieri

Malgré un budget tendu, la Chambre d’agriculture maintient le cap

Le repli des crédits publics impose à la Chambre d’agriculture, réunie en session vendredi dernier, de procéder à une augmentation exceptionnelle de son imposition.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
C’est contraint par une érosion notable des aides de l’État à la Chambre d’agriculture que son président, Louis-François Fontant, a invité les élus réunis en session vendredi dernier à voter une augmentation sensible de l’impôt chambre pour l’exercice 2008. Un hausse de 5,1 % ponctuelle et exceptionnelle puisque l’équipe en place s’est engagée à une diminution de l’impôt perçu en 2009, et à tout mettre en œuvre pour faire face à des ressources qui déclinent, du fait de cette baisse constante des soutiens publics. Mais pour le président, “malgré cette situation difficile, nous sommes fermement décidés à faire ce en quoi nous croyons”.
Le président Louis-François Fontant s’est montré déterminé à poursuivre les actions prioritaires pour les exploitations cantaliennes.
Le président Louis-François Fontant s’est montré déterminé à poursuivre les actions prioritaires pour les exploitations cantaliennes. - © P. O.

Répondre plus que jamais aux enjeux de la ferme Cantal

Et ces orientations portées par la Chambre d’agriculture sont celles actées dans le projet agricole départemental : “Installation, diversification, filières qualité, modernisation et qualité de vie, c’est ce que nous défendons et continuerons d’accompagner dans nos actions, avec plus que jamais l’acte de production comme socle de notre métier”, a assuré M. Fontant. La session a très majoritairement souscrit à ce projet et à son cadre financier en adoptant le budget prévisionnel 2008 présenté et l’augmentation de la fiscalité afférente. Les trois membres des syndicats d’opposition issus du SMSA (Syndicat des mécontents du système agricole) et de la Confédération paysanne ont tenu à exprimer leur désapprobation à travers leur vote. Géraud Dumas, élu de la Confédération paysanne, a  regretté qu’on fasse appel “aux efforts des seuls agriculteurs pour gérer l’équilibre financier de la chambre”.  

Reconnaître le travail accompli

Baptiste Servans, du SMSA, a pour sa part dénoncé l’augmentation des aides allouées au GE Arac et à la FDSEA. “Je ne regrette vraiment pas ces dépenses”, a rétorqué L.-F. Fontant, rappelant l’importance du service de remplacement pour l’amélioration des conditions de vie des exploitants et celle du syndicalisme majoritaire dans la gestion des crises (FCO notamment), le travail interprofessionnel (en citant celui mené au sein du Cif) et la défense de l’élevage à l’herbe en vue du bilan de santé de la Pac. “Je vous demande aussi de reconnaître les dossiers que nous faisons avancer et le travail de fonds opéré depuis plusieurs années, qui a permis de réduire les charges de fonctionnement, charges d’ailleurs inférieures de 30 % à la moyenne des autres chambres”, a conclu le président. 

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Union du Cantal se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 23 unes régionales aujourd'hui