L'Union du Cantal 09 mars 2005 à 00h00 | Par Renaud Saint-André

Les rigueurs d´un hiver qui n´en finit pas

L´hiver atypique que traverse le département (neige, vent et froid) devrait être une exception dans le contexte de réchauffement global de la planète, estime Météo France.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Il y a quelques mois à peine, L´Union du Cantal posait la question : "Où sont les neiges d´antan ?". La réponse est claire : elles n´étaient pas si loin. "Dans notre plaquette qui démontrait que le réchauffement de la planète intéressait aussi le département,?notamment?depuis les années 1990, nous précisions bien qu´un hiver marqué n´était pas exclu", argumente Jean-Pierre Lemarchand, responsable de Météo France pour le Cantal. Il convient que l´Est cantalien -surtout- gardera le souvenir de cet hiver 2005 glacial, venteux et neigeux. Une saison qu´il qualifie d´un bref "tourmentée". Logiquement, lorsque le vent souffle de secteur nord, nord-est, Planèze, Cézallier et Monts du Cantal sont sévèrement touchés par ces courants polaires (nord) et sibériens (est) ; ce qui fut le cas jusqu´à ces jours-ci. Les vents semblent désormais s´orienter plutôt à l´ouest, amenant cette fois davantage?de?neige?sur?le?secteur d´Aurillac-Châtaigneraie, où l´air devient frais et humide. Dans un cas comme dans l´autre, la barrière volcanique fonctionne.
La barrière du Lioran
Le temps est sensiblement différent d´un versant à l´autre du Lioran. A noter que, même si l´ensoleillement est promis grâce au retour d´un anticyclone sur notre région, l´air frais restera difficile à déloger, prévoit Météo France. Avec sa collaboratrice Françoise Bosser, M. Lemarchand recherche dans les archives afin de comparer les données de cet hiver. Sachant toutefois que l´enregistrement de la force du vent ne date que des années 90, et que le caractère "exceptionnel" de cet hiver, qui a causé tant de soucis sur les routes, est surtout dû à la conjonction neige, vent et froid. Bien que relevant des températures souvent inférieures de 4º par rapport aux normales saisonnières, Météo-France affirme que cet hiver n´aura "rien à voir avec les grands hivers historiques du 20e siècle : 1932, 1942, 1945 et surtout 1963, qui enregistrait jusqu´à 7 degrés sous la normale".

Un hiver qui marquera les esprits

"Cette année, la neige sur l´Est cantalien et ses Monts aura marqué les esprits, non pas du point de vue des quantités, plutôt par la fréquence des chutes, associées à des tourmentes de vent", estime M. Lemarchand. Car si en terme d´épaisseur de neige fraîche cumulée (relevée aux Ternes à 962 mètres d´altitude), il faut remonter à 1991 pour obtenir les mêmes quantités proches d´un mètre, la neige fraîche tombée en 24 heures ne dépasse pas 10 cm et le blanc tapis au sol pas plus de 20 cm (entre fonte et tassement). En résumé, pour le seul mois de février 2005, il n´avait jamais fait aussi froid à Saint-Flour et ses environs depuis 1988, avec du gel toutes les fins de nuits (sauf le 12 au matin) et sur ces 27 derniers jours, 15 jours sans dégel en journée. A Aurillac, les températures sont les deuxièmes valeurs les plus basses après celles de 1981 pour les minimales et 1986 pour les moyennes quotidiennes. A Mauriac et ses environs, c´est le mois de février le plus froid des dix dernières années avec 10 jours sans dégel... Malgré ces données objectives, Météo France maintient que la tendance est au réchauffement climatique : "Cet hiver sera l´exception qui confirme la règle".

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Union du Cantal se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 20 unes régionales aujourd'hui