L'Union du Cantal 04 février 2004 à 00h00 | Par Jean-Marc Authié et Benoît Parret

Les producteurs refusent la baisse des prix

A l´appel de la FDSEA et des JA, les producteurs ont bloqué camions de lait et usines pour obtenir la réouverture des négociations nationales sur le prix du lait.

Abonnez-vous Réagir Imprimer

Plusieurs centaines de producteurs de lait ont bloqué à l´appel de la FDSEA et des JA les camions et accès aux usines de plusieurs entreprises laitières "de dimensions nationale et régionale" collectant sur le département. L´action s´inscrivait dans le cadre d´un mouvement national déclenché par l´échec des négociations sur le prix du lait le 22 janvier. La proposition des industriels privés comme coopératifs d´appliquer dès le premier trimestre 2004 une baisse de 18 euros la tonne, ce qui représenterait une baisse de 6 %, a été vécue par les producteurs comme "une véritable provocation".  

Camions-citernes et usines bloqués  

Les manifestants ont fait signer aux représentants des entreprises laitières, qui ont tous accepté, une lettre demandant à leurs fédérations la réouverture des négociations nationales. Plusieurs dizaines de producteurs ont pris position devant l´usine 3A-LFO de Saint-Mamet, où ils ont bloqué le va-et-vient des citernes tout en laissant circuler le personnel. "Nous souhaitons nous aussi trouver un accord national pour régler cette situation", lâchait Claude Auriac, directeur de la collecte et de l´approvisionnement en lait du groupe 3A, venu à la rencontre des manifestants. "Sinon, ajoutait-il, il faudra trouver un accord régional, voire une recommandation et à défaut un prix d´acompte pour janvier en attendant une décision". "Ce que nous voulons, c´est d´abord un accord national. On verra pour la région et le département plus tard", répondaient Chantal Cor, présidente de la section laitière de la FDSEA et Antoine Croutes, président des JA.

Les entreprises acquiescent  

Ailleurs, un groupe bloquait un camion de Volcalis du côté de Vic-sur-Cère. Un autre a intercepté une citerne de la Société laitière de Mauriac dans le bourg de Prunet, où les choses ont failli mal tourner : le chauffeur a en effet forcé le barrage des producteurs. S´en est suivie une course-poursuite jusqu´à Aurillac, où le chauffeur et son camion ont été de nouveau arrêtés et ramenés puis immobilisés à Prunet. Un incident que le directeur de la Société laitière de Mauriac dit regretter. Sur le secteur de Saint-Flour, les producteurs de lait ont quant à eux bloqué l´entrée des usines Gardon (société Dischamp) à la Chapelle-Laurent et de la coopérative laitière de la Haute-Truyère à Loubaresse. "Pourquoi les entreprises demandent-elles une baisse immédiate alors que les baisses de prix et les compensations prévues par la Pac n´interviendront qu´en juillet ?", a interrogé Gilles Amat (JA). Si Patrick Escure s´est félicité de l´annonce d´une reprise des négociations sur de nouvelles bases, il a prévenu avec Antoine Croutes que, "faute d´un accord national acceptable mardi, nous reprendrons nos actions de manière plus importante encore".

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Union du Cantal se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,