L'Union du Cantal 13 décembre 2007 à 00h00 | Par Renaud Saint-André

Les producteurs de lait vont profiter d’un contexte mondial favorable

Vincent Chatellier, économiste à l’Inra, croit à une hausse de la production laitière pour répondre à une demande mondiale qui explose.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Son introduction en dit long sur la mutation mondiale qui s’opère. Invité pour la deuxième fois en trois ans par le Contrôle laitier du Cantal, l’économiste Vincent Chatellier constate : “Depuis que l’on s’est vus à Talizat, il y a exactement 1 098 jours, la planète a gagné 1 500 fois la population du Cantal” ! Cette conjoncture qui a considérablement et rapidement changé a forcément de nombreuses répercussions. Y compris chez les producteurs de lait cantaliens, comme s’est évertué à le démontrer cet excellent orateur. Les récentes hausses du prix du lait en sont une conséquence ; mais la flambée des matières premières aussi... Le phénomène trouve dans tous les cas la même origine : “La production ne galoppe pas aussi vite que le développement des besoins mondiaux”, résume Vincent Chatellier. L’économiste invite à garder toujours cette croissance exponentielle à l’esprit : “Car même si le Cantal perd un peu de population, le monde en général en gagne beaucoup. On part en week-end et hop ! En rentrant la planète a gagné 400 000 habitants”. De fait, l’Europe est désormais déficitaire sur certaines productions agricoles, comme la viande bovine (il manque déjà  4 % des volumes). Une situation à laquelle nous étions peu habitués, convient le spécialiste.
Vincent Chatellier est intervenu lors de l’assemblée générale du syndicat du Contrôle laitier du Cantal.
Vincent Chatellier est intervenu lors de l’assemblée générale du syndicat du Contrôle laitier du Cantal. - © R. S.-A.

Une fin inéluctable des quotas

Car depuis 1970, la France est devenue excédentaire en tout : blé, maïs, volaille, viande bovine, lait... Une nécessaire régulation a conduit à la mise en place de quotas. Dans un contexte totalement différent, leur application ne semble plus utile. De fait, “la régulation de l’offre dans le secteur laitier ne sera donc plus assurée par les pouvoirs publics, mais par les entreprises de collecte et de transformation”, pense l’économiste qui n’imagine pas pour autant une baisse sur la feuille de paie. “Car il ne faut pas oublier l’explosion de la demande mondiale qui réclame huit milliards de litres en plus tous les ans. Soit 21 fois la production du département”, a-t-il calculé. “D’autant que l’on a sous-estimé la capacité des pays asiatiques à surenchérir. D’où la flambée des prix”, analyse-t-il, en affirmant que le litre de lait sera 40 % plus cher d’ici 2016 que sur la période 1996-2006, avec une plus- value répartie entre les différents maillons de la filière.
Après avoir décortiqué les productions des principaux pays capables de répondre à la demande (Nouvelle-Zélande, USA, Canada, Argentine, Brésil, Inde et même la Chine), Vincent Chatellier conclut que l’Europe a une carte importante à jouer, tant en termes de production que de transformation (le lait brut étant un produit qui supporte mal d’être transporté). “Nous avons des technologies de pointe, mais on exporte trop mal”, pense-t-il, en invitant les régions françaises à être réactives et à s’organiser dès maintenant en “bassins de production”. Il prévient : “Le grand Ouest appuie déjà sur le champignon”.
 

Enjeu social et environnemental

Evidemment, M. Chatellier sait que les exploitations laitières sont chaque année moins nombreuses (-4 % tous les ans). Elles seront donc condamnées à être plus productives. Il précise que déjà la moitié du quota national est réalisé dans des structures qui livrent plus de 300 000 litres. C’est 22 % des exploitations laitières françaises... 5 % de celles du Cantal. “Sans faire du productivisme acharné, il faut tabler sur un minimum par exploitation”, résume-t-il. En ce sens, la forme sociétaire, de type Gaec, semble être la solution idéale. “C’est par là que passe la restructuration”, affirme le spécialiste qui prédit que 75 % du lait sera produit dans des Gaec d’ici 2015. En observant que les jeunes agriculteurs livrent déjà davantage que leurs aînés, il s’avoue confiant, parlant d’un “mouvement rassurant de profesionnalisation”. Mais ce ne sera pas le seul défi. Vincent Chatellier n’oublie pas de mentionner dans son exposé la dimension sociale ; l’équilibre entre vie privée et vie professionnelle. Il évoque aussi les notions environnementales pour lesquelles, selon lui, “la copie est bonne et mérite d’être reconnue par les pouvoirs publics”. À cet égard, l’économiste réputé qu’il est parvient à démontrer que les soutiens publics ne coûtent pas cher à la société. Toutefois, il juge le calcul des droits à paiement unique (DPU) si injuste et incompréhensible, qu’ils devront forcément être repensés bientôt. 

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Union du Cantal se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 23 unes régionales aujourd'hui