L'Union du Cantal 06 mai 2004 à 00h00 | Par Pascal Piganiol

Les prix des terres agricoles au plus haut

Le Cantal est le département d´Auvergne où le prix du foncier agricole est le plus élevé. Le montant des fermages se situe quant à lui dans la fourchette haute.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Réunie en session fin avril, la Chambre d´agriculture s´est plus particulièrement intéressée à l´évolution du marché du foncier et à ses conséquences. Elle avait invité pour cela Gilbert Allard, directeur de la Safer Auvergne qui, aux côtés de Guy Lavigne, président de la Safer du Cantal, a présenté et commenté les chiffres du marché des terres dans le département. "Un marché relativement fermé et stable, caractérisé par un prix des terres élevé", a-t-il commenté. L´année dernière, 1 150 ventes ont été enregistrées, portant sur 4 899 hectares et un volume de transactions de 41 millions d´euros.

Un marché agricole à 80 %

Relativement stable, ce marché tourne depuis dix ans autour de 5 000 hectares par an, dont 4 000 hectares pour le seul marché agricole : "Soit un taux de 80 %, un des plus élevés de France", relevait Gilbert Allard. A titre d´exemple, 853 hectares seulement ont été achetés par des "non agriculteurs" en 2003. "Contrairement à l´Allier ou le Puy-de-Dôme, il y a peu d´acquisitions réalisées par des ressortissants d´autres pays de l´Union européenne", notait le directeur. Le taux de pénétration de la Safer, lui aussi très élevé par rapport à la moyenne française, atteint 35 % : elle a ainsi acheté 1 440 hectares l´année dernière. Sur ce total, 627 hectares (soit 44 % contre 39 % pour la moyenne française) ont été rétrocédés dans le cadre de projets d´installation (dont 6 pour des installations hors cadre familial), 657 hectares pour des agrandissements, le reste pour des remaniements parcellaires.

Des prix élevés

Autre trait caractéristique : le Cantal est le département d´Auvergne où le prix du foncier reste le plus élevé. Il avoisinait les 5 100 euros par hectare en moyenne en 2003, loin devant l´Allier, qui reste le moins cher (2 700 euros/ha). En Châtaigneraie, il culmine par endroits à plus de 5 800 euros l´hectare. La moyenne française ressort quant à elle à 4 490 euros/ha en 2003. "Dans le Cantal, les prix des terres et près libres sont restés très élevés pendant 25 ans, de 1960 à 1985, puis ils ont baissé. Ils sont repartis à la hausse à partir de 1996, la progression atteignant 48 % depuis 1995", expliquait le directeur de la Safer Auvergne. Gilbert Allard a par ailleurs relevé que le montant des fermages est lui aussi très élevé dans le Cantal : plus de 135 euros/ha alors que la moyenne nationale n´est que de 124 euros/ha. Au cours du débat qui a suivi cette présentation, les membres de la Chambre d´agriculture se sont inquiétés du prix élevés du foncier, conséquence pour partie d´une forte concurrence qui trouve elle même ses causes dans le nombre important d´installations agricoles.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Union du Cantal se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 23 unes régionales aujourd'hui