L'Union du Cantal 27 juin 2007 à 00h00 | Par P.Piganiol

Les prêts de quotas de fin de campagne portés à 15 %

Les prêts de quotas de fin de campagne seront portés de 10 à 15 % sur la campagne en cours.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Michel Lacoste : “Nous avons pesé de tout notre poids à la FNPL pour obtenir le maintien et la revalorisation des prêts de fin de campagne”.
Michel Lacoste : “Nous avons pesé de tout notre poids à la FNPL pour obtenir le maintien et la revalorisation des prêts de fin de campagne”. - © L'Union du Cantal
C’est une bonne nouvelle pour les producteurs de lait, d’autant plus qu’on disait le système des prêts de quotas menacé purement et simplement de disparition : à l’issue de la campagne laitière 2007-2008, les entreprises pourront attribuer à leurs producteurs des prêts de quotas représentant jusqu’à 15 % de leur référence au lieu de 10 % auparavant. “Nous avons bataillé dur à la FNPL (Fédération nationale des producteurs de lait) pour éviter la disparition de ce dispositif, que les départements laitiers réclamaient, et obtenir une augmentation du niveau des prêts”, témoigne Michel Lacoste, administrateur représentant le Cantal à la FNPL.

Régler le problème des sous-réalisations
“Car nous avons dans le Cantal et dans un certain nombre d’autres départements de montagne un problème à régler : celui de sous-réalisations chroniques par rapport à notre référence laitière départementale”, explique Michel Lacoste. “Les prêts de fin de campagne sont un moyen de régler ce problème. Ils vont en effet nous permettre de produire plus de lait, et de conforter les producteurs les plus dynamiques”, ajoute-t-il, en parlant “d’une avancée syndicale importante”. Avancée qui illustre selon lui la nécessité de siéger au sein de la FNPL. “Parce qu’elle n’arrivait pas à honorer les cotisations, la FDSEA du Cantal s’est trouvée privée durant plusieurs années de représentant à la FNPL. Nous avons fait le choix en 2005 de cotiser de manière à avoir un administrateur et ne pas laisser le monopole de la décision aux départements très laitiers, qui n’ont pas les mêmes intérêts et caractéristiques que le nôtre”, raconte Michel Lacoste.

Utiliser au mieux la possibilité de prêts
Depuis 2005, il porte donc la voix du Cantal et de l’Auvergne au sein du conseil d’administration de la Fédération nationale aux côtés de Yannick Fialip (Haute-Loire), également président de la section laitière régionale. Outre le maintien et la revalorisation du prêt, “nous avons obtenu des grands groupes laitiers (Lactalis, Sodiaal...) qu’ils s’engagent à utiliser au mieux cette possibilité de prêts sur notre région... et l’engagement de la FNPL de demander une révision à la hausse du forfait “petits producteurs”, poursuit Michel Lacoste. “Nous demandons aujourd’hui à toutes les entreprises de notifier au moins 5 % de prêt de quota dès le mois de juillet, et aux acteurs du développement de se mobiliser pour que l’économie départementale bénéficie au mieux de cette avancée”, conclut-il.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Union du Cantal se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 21 unes régionales aujourd'hui