L'Union du Cantal 12 juillet 2007 à 00h00 | Par P.Piganiol

Les prêts bonifiés en panne, les jeunes agriculteurs en colère

Une quarantaine de jeunes agriculteurs ont manifesté le 9 juillet à l’appel des JA pour dénoncer les retards d’attribution des prêts bonifiés et le manque de crédits pour les financer.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Les jeunes agriculteurs se sont retrouvés devant la Chambre d’agriculture avant de se rendre en délégation à la DDAF.
Les jeunes agriculteurs se sont retrouvés devant la Chambre d’agriculture avant de se rendre en délégation à la DDAF. - © L'Union du Cantal
Sur les 150 demandes de prêts bonifiés à l’installation enregistrées depuis le début de l’année, 75 seulement ont pour l’instant fait l’objet d’une autorisation de financement pour un montant global de 877 000 euros. Conséquence : les jeunes agriculteurs installés depuis quelques mois ne peuvent pas honorer les factures correspondant aux investissements qu’ils ont engagés ; tandis qu’une vingtaine d’installations seraient à ce jour bloquées faute de crédits. C’est pour dénoncer ces retards et l’insuffisance de l’enveloppe disponible qu’une quarantaine de jeunes agriculteurs ont manifesté lundi 9 juillet à l’appel des JA. Ils se sont retrouvés devant le bâtiment de la Chambre d’agriculture avant de rejoindre la Direction départementale de l’agriculture et de la forêt, où ils ont été reçus par Guillaume Furri, chef du service Economie agricole et Christian Ruel, en charge de ce dossier à la DDAF. La rencontre a également permis de dénoncer un autre dysfonctionnement, lié cette fois non pas à un manque de crédits, mais aux lenteurs réglementaires et administratives : les retards de paiement de la Dotation jeune agriculteur (DJA).


Les besoins ont explosé
Les jeunes agriculteurs qui s’installent ont droit jusqu’à 110 000 euros de prêts bonifiés au taux de 1 %, et ont dix ans pour les utiliser. L’année dernière, 316 jeunes en ont profité grâce à une enveloppe de bonification de 1,5 million d’euros. Or, en 2007, à nombre de bénéficiaires égal, il apparaît que les besoins de financement ont explosé, sans que personne sache réellement expliquer pourquoi. Outre les 75 autorisations de financement en attente, une trentaine d’autres demandes seraient déjà arrivées à la DDAF, relève Jean-François Navarro, secrétaire général des JA du Cantal, qui chiffre les besoins à 2,6 millions d’euros. S’ils ont obtenu des assurances sur la régularisation de la plupart des dossiers en cours, les manifestants ont constaté que l’enveloppe de prêts bonifiés allouée au département serait alors épuisée pour le reste de l’année. Et ont donc demandé à l’Etat de débloquer des crédits supplémentaires pour couvrir les besoins.


Des témoignages saisissants
Ils ont d’autre part contesté l’abandon de la règle dite d’antériorité : elle permettait aux jeunes de faire prendre en compte des investissements réalisés avant la date de l’autorisation de financement(AF). Ce qui ne sera plus possible pour les AF validés à compter du 1er juillet. “Il est inadmissible que les nouveaux installés pâtissent de la lenteur administrative et des arrivées d’enveloppes au compte goutte”, ont protesté les JA. “De même, nous trouvons anormal que, dans ce contexte, la banque ne propose comme solution d’attente que des prêts à court terme à plus de 5 %”, complète Nicolas Bardy, secrétaire général adjoint des JA et responsable du dossier installation. Les représentants de la Fédération départementale des Cuma ont ajouté leurs revendications à celles des jeunes agriculteurs. L’équivalent de 2 millions d’euros d’investissements seraient en attente de crédits. Des témoignages saisissants sont venus illustrer les difficultés dans lesquelles ces dysfonctionnements plongent les jeunes agriculteurs. “Nous sommes déterminés à mener d’autres actions si nous ne sommes pas entendus”, assurait Jean-François Navarro à l’issue de l’entretien à la DDAF.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Union du Cantal se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,