L'Union du Cantal 01 juillet 2009 à 16h31 | Par J.-Y. BRUNON

Les libraires indépendants se regroupent

L’association professionnelle de Libraires indépendants en région Auvergne souhaite organiser des rencontres sur le territoire.

Abonnez-vous Réagir Imprimer

Créée il y a deux ans, l'association Lira regroupe actuellement plus de 20 libraires des quatre départements de la région Auvergne sur les 40 indépendants existant. Membre de la fédération nationale Libraires en région, Lira représente 60 % des libraires d’Auvergne, entreprises commerciales qui agissent pour la défense de la librairie indépendante et de la diversité culturelle. “Cette attitude de solidarité interprofessionnelle, mise au service d’une politique d’aménagement du territoire et du développement local, se construit avec des partenariats divers : collectivités publiques, médiathèques, associations sociales et culturelles”, précisait Anne Branger, présidente de l’association, lors d’une récente réunion d'information à Aurillac.

Anne Branger et Odette Roquette, libraires indépendantes à Billom et à Aurillac, ont présenté la jeune association régionale Lira.
Anne Branger et Odette Roquette, libraires indépendantes à Billom et à Aurillac, ont présenté la jeune association régionale Lira. - © JYB

Un acteur culturel à part entière
Pour Anne Branger, généraliste ou spécialisé, le libraire indépendant ne vend pas du livre au poids, il choisit les titres qu’il propose, il les connaît, il est capable d’en parler, de faire partager ses coups de cœur. Il sait conseiller, faire découvrir des auteurs, des éditeurs et les faire rencontrer à son public. Son offre est diversifiée. La place des libraires indépendants dans la vie culturelle des quartiers, des villes et des campagnes est essentielle. Ils assurent la présence continue du livre dans l’environnement quotidien, ils organisent des rencontres, s’associent aux manifestations culturelles de proximité.

Un secteur fragilisé et menacé

“Malgré la qualité du réseau qu’elles constituent, les librairies indépendantes sont actuellement le secteur le plus fragile et le plus menacé de la chaîne du livre”, s’inquiète Anne Branger. Il apparaît que la rentabilité de la librairie est inférieure à la moyenne du commerce de détail. L’ensemble des charges de personnel, de loyer et de transport est en hausse, ce qui limite sa rentabilité et son développement. D’autre part, la concurrence des grandes surfaces et d’Internet, dans un marché en baisse depuis deux années consécutives, privent les librairies indépendantes des ventes faciles qui assurent une rotation rapide des stocks. Ce qui se vend en grandes surfaces ne se vend plus dans les librairies indépendantes, si bien que celles-ci sont fragilisées face aux partenaires économiques tels que les banques et les fournisseurs.
Plus d'infos à lire cette semaine dans L'Union du Cantal.
Droits de reproduction et de diffusion réservés.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Union du Cantal se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 21 unes régionales aujourd'hui