L'Union du Cantal 06 août 2008 à 00h00 | Par Charlotte Rolle

Les éleveurs frapperont un grand coup le 16 septembre

Les responsables professionnels du Grand Massif central appellent à une mobilisation d’envergure à Clermont-Ferrand.

Abonnez-vous Réagir Imprimer

Réunis le 24 juillet dernier, les représentants de la FRSEA Massif central, des Jeunes agriculteurs, de la FRO et des Éleveurs de race à viandes du Grand Massif central ont décidé de faire grimper d’un cran la pression le 16 septembre en organisant “une mobilisation massive” associant éleveurs, acteurs économiques et élus.

Les représentants des éleveurs réclament des mesures immédiates pour le revenu et une politique de soutien aux productions à base d’herbe.
Les représentants des éleveurs réclament des mesures immédiates pour le revenu et une politique de soutien aux productions à base d’herbe. - © Pamac

L’urgence d’un plan de sauvetage

“Nous attendons des pouvoirs publics un véritable plan de sauvetage des ruminants de notre grande région dès 2008 et une réforme de la Pac en 2009 capable d’assurer de manière durable la pérennité des élevages herbagers ; sinon c’est la disparition des éleveurs et des acteurs économiques d’amont et d’aval”, prévient Pierre Chevalier. Pas question pour le président de la Fédération nationale bovine de faire de cet évènement “une action corporatiste”. Cette mobilisation se veut au contraire tournée vers les consommateurs et la société qui “sont demandeurs de produits tracés de qualité, prenant en compte l’aménagement du territoire et l’environnement”. Pour Patrick Bénézit, président des Éleveurs de races à viande du Massif central, il s’agit de “donner de la lisibilité aux producteurs ; mais pour cela il faut des choix clairs sur la Pac, qui tiennent compte du contexte différent de celui de 1992 et qui reconnaissent le droit aux productions animales de répercuter la hausse de leurs charges sur les prix”.

Une détermination commune

Par ce rassemblement, les professionnels entendent ainsi faire reconnaître l’extrême difficulté dans laquelle se trouvent les élevages. “En ovins, c’est la survie de la production et de la filière qui est menacée”, clame Michèle Delesvaux. La perte de 8 % du cheptel ovin national et la chute de 30 % de la consommation française d’agneaux (60 % au niveau européen) font qu’aujourd’hui les producteurs sont en-deçà du seuil de pauvreté… L’urgence est donc de mise et la FRO demande le déblocage immédiat de 180 millions d’euros pour la sauvegarde de l’élevage ovin. Pour Jacques Chazalet, la reconnaissance de la spécificité des zones herbagères est devenue incontournable. “Il faut agir vite ! La situation que l’on vit aujourd’hui donne du crédit aux propositions du Livre blanc du Massif central. Elle montre combien le principe de la prime unique, prôné par la Commission européenne, ne répond pas aux spécificités de nos productions et à la défense de nos revenus. L’ensemble des productions sont concernées par cette nécessité de refondre la Pac, y compris les productions végétales de nos zones intermédiaires qui ne sont pas du tout dans la même configuration que celles du bassin parisien”. Le président de la FRSEA Massif central engage donc tous les agriculteurs à se mobiliser massivement le 16 septembre pour leur revenu et en faveur du soutien à l’élevage herbager.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Union du Cantal se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 21 unes régionales aujourd'hui