L'Union du Cantal 18 octobre 2006 à 00h00 | Par Renaud Saint-André

Les coûts de collecte du plastique diminuent

La Chambre d’agriculture suit de près l’évolution des opérations de collecte des plastiques agricoles.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
L’usine aveyronnaise Sopave achète désormais les plastiques usagés du Cantal pour les transformer en sacs poubelles ménagers.
L’usine aveyronnaise Sopave achète désormais les plastiques usagés du Cantal pour les transformer en sacs poubelles ménagers. - © L'Union du Cantal
L’usine aveyronnaise de traitement des plastiques (Sopave) achète désormais le plastique agricole que le Cantal lui fournit. C’est une nouveauté qui permettra aux collectivités de réduire sensiblement le coût de collecte des plastiques agricoles. Jusqu’à présent, le plastique récupéré sur les points de collecte locaux par un transporteur privé était amené jusqu’à l’usine du bassin de Décazeville qui les acceptait gratuitement avant de les recycler en sacs poubelle pour les ordures ménagères. Compte tenu d’un tonnage grandissant d’année en année, elle paie désormais jusqu’à 30 euros la tonne de plastiques recyclables. Ce qui équivaut à un rachat moyen de presque 20 euros/tonne des 490 tonnes de plastiques -recyclables ou non- collectées sur le département. Ces 8 500 euros injectés dans le Cantal permettront de diminuer de pratiquement de moitié le coût de collecte supporté par les communautés de communes, de l’ordre de 40 euros la tonne. Ce pourrait être bien d’avantage.

8 500 euros... pour commencer
La Chambre d’agriculture, qui chapeaute ce dossier, estime le gisement départemental à près de 1 500 tonnes. Sachant que pratiquement tout le territoire a mis en place des opérations d’apports volontaires, hormis la Communauté d’agglomération du bassin d’Aurillac, le pays de Murat (qui planche sur un projet) et celui de Pierrefort (où l’on met directement en décharge). Le Cantal n’a pourtant pas à rougir de sa performance, comparé à ses proches voisins (230 tonnes dans l’Allier, 300 tonnes en Haute-Loire, 700 tonnes en Aveyron). “On enregistre une progression sur tous les territoires et les agriculteurs trient mieux”, remarque Yann Rolland, technicien qui suit ce dossier à la Chambre d’agriculture.

Des efforts restent à faire
Evidemment, des efforts restent à faire. Ce sera d’ailleurs l’objet de la prochaine campagne de sensibilisation. Tous les agriculteurs recevront un tract les invitant à des “gestes citoyens” : trier et stocker leurs plastiques en attendant une opération de collecte. Au cours d’une réunion-bilan à laquelle participaient les GVA et les représentants des collectivités, Yann Rolland précisait en outre que le choix du transporteur était primordial (pas de camion transportant moins de 10 tonnes) et que le pressage pouvait encore servir à améliorer les coûts. A cet égard, un travail est conduit en partenariat avec la FDCuma qui promet des démonstrations de pressage dès cet hiver et des premières opérations effectives en 2007.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Union du Cantal se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,