L'Union du Cantal 19 mars 2008 à 00h00 | Par Patricia Olivieri

Les Cantaliens ne se sont pas trompés de débat

Le scrutin du second tour a détrôné plusieurs élus locaux, qui semblent avoir fait les frais de projets pour leur territoire rejetés par leurs concitoyens.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Que retiendra-t-on des deux scrutins locaux qui viennent de se clore dimanche soir ? D’abord que les électeurs du Cantal, département à forte consonnance rurale, semblent bien avoir voulu préserver le qualificatif “ local” de ces élections municipales et cantonales. Qu’il s’agisse en effet de la campagne menée par les différents candidats dans les principales villes cantaliennes, et à plus forte raison, celle des listes prétendantes aux mairies de petites communes, discours, projets et ambitions se sont pour l’essentiel portés sur les attentes et revendications en matière d’amélioration du cadre de vie des populations locales et du développement économique, artisanal et touristique de leurs territoires. Sans oublier la volonté affichée par nombre de candidats de rendre plus attractif leur commune ou canton pour de nouveaux arrivants. Et, même si ça ou là des têtes de liste, notamment sur Aurillac, ont repris à leur compte la question du pouvoir d’achat par exemple, les Cantaliens semblent, moins qu’ailleurs, avoir voulu adresser un message de sanction au gouvernement.
Objet de nombreuses polémiques en amont et pendant la campagne, le Scénoparc a contribué à la défaite de Pierre Fouillade.
Objet de nombreuses polémiques en amont et pendant la campagne, le Scénoparc a contribué à la défaite de Pierre Fouillade. - © L'Union du Cantal

Des élus qui font les frais de leurs projets

Et ce sont bien d’ailleurs ces enjeux locaux qui semblent avoir déstabilisé des élus en place : les difficultés rencontrées par le Scénoparc sur Riom, comme les épineux mais courageux dossiers liés à l’implantation d’une plate-forme industrielle ou d’un site de stockage de déchets sur Ytrac ont ainsi sans conteste pesé dans les échecs de Pierre Fouillade, conseiller général sortant sur Riom-ès-Montagnes, et de Bernard Filhol, maire d’Ytrac. La volonté de changement semble, elle, avoir inspiré les électeurs à Maurs ou encore sur La Roquebrou, ville et canton où les résultats du second tour mettent fin à quatre mandats du conseiller général et maire sortant, Christian Meiniel. Parmi les surprises du second tour, la majorité décrochée par la liste d’Éric Février sur Saint-Mamet est elle plus difficilement explicable, après les bons résultats obtenus par l’équipe du maire sortant Roger Prat au premier tour.  

Toujours cap à droite… sauf à Aurillac

Du côté de l’échiquier politique, le Cantal est resté fidèle à sa tradition, celle d’un département ancré à droite avec une préfecture battant pavillon à gauche, et ce de façon bien plus écrasante avec les 63,21% d’Alain Calmette au second tour à Aurillac. Dernier enseignement déjà relevé le 9 mars et confirmé hier : l’attrait inconditionnel des Cantaliens pour les urnes. Après les 80,89 % enregistrés au premier tour, nos estimations pour le second frôlent les 82 % sur le département, avec un record de 96,15% à Saint-Rémy-de-Chaudes-Aigues. 

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Union du Cantal se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 22 unes régionales aujourd'hui