L'Union du Cantal 25 août 2010 à 10h34 | Par Jean-Marc Authié

Les arts de la rue indispensables

Pour le 25e anniversaire du festival international de théâtre de rue d’Aurillac, les spectacles, le public et le beau temps s’étaient donnés rendez-vous. Frédéric Mitterrand, ministre de la Culture, est même venu faire un tour.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
- © J.-M.A.

L'air de rien, se prenant parfaitement au jeu et à la vie du théâtre de rue aurillacois, Frédéric Mitterrand a fait une escale dans la préfecture cantalienne. Jeudi, le ministre de la Culture a répondu à l'invitation des parlementaires cantaliens. Mieux, il semble avoir conforté les élus et les responsables d'Éclat quant à la pérennité du festival et du soutien de l'État.
Après avoir déambulé dans la rue Vermenouze, gardé deux enfants, échangé quelques mots avec Tartar(e), et suscité l'interrogation de la foule, Frédéric Mitterrand a rejoint la mairie où il était attendu. "Chaque année, c'est un chamboulement total de la ville pour libérer tous les espaces en faveur des artistes de la rue", expliquait Alain Calmette, maire d'Aurillac.

Conquis et admiratif

Et de poursuivre : "Éclat est une association loi 1901 composée des collectivités locales et de l'État. Je vous demanderai, monsieur le ministre, de bien vouloir veiller à ce que les crédits d'État se poursuivent en faveur du festival". Nullement surpris par l'interpellation du maire, Frédéric Mitterrand s'est fait une joie de répondre.
"Ma présence ici relève d'une dimension affective importante. à commencer par la joie de retrouver Catherine Tasca (lire exergue) à la tête d'une activité et d'une pratique culturelle que je trouve indispensable. Elle a été un excellent ministre de la Culture avec notamment des actions soutenues à destination des arts de la rue".
Le ministre s'est dit également "totalement solidaire du principe des arts de la rue. Je suis d'ailleurs frappé par la maîtrise que les saltimbanques ont témoigné pour attirer l'attention. Je trouve remarquable de leur donner l'occasion de les présenter noblement, au même plan que d'autres pratiques artistiques plus reconnues".
Visiblement conquis de longue date et admiratif du travail acharné des artistes de la rue, Frédéric Mitterrand a conclu son propos en rassurant le maire. "Je vous témoigne par ma présence, l'engagement de la nécessité de maintenir l'accompagnement de l'État. On n'augmentera pas, mais il n'y aura pas d'inflexion négative".
En 2010, l'État a soutenu le festival à hauteur de 608 000 euros. Ce n'est pas rien !

Plus d'infos à lire cette semaine dans L'Union du Cantal.
Droits de reproduction et de diffusion réservés.

 

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Union du Cantal se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 21 unes régionales aujourd'hui