L'Union du Cantal 16 janvier 2008 à 00h00 | Par Jean-Marc Authié

Le tribunal de commerce d’Aurillac, outil de conciliation avant tout

Lors de l’audience solennelle de rentrée du tribunal de commerce d’Aurillac, Roger Brunel a été (ré)installé à la présidence pour un mandat de quatre ans.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Le tribunal de commerce d’Aurillac a procédé à son audience solennelle de rentrée, mardi 8 janvier, au tribunal de grande instance de la préfecture. A cette occasion, et devant nombre de chefs d’entreprises, Roger Brunel a été reconduit dans ses fonctions de président du tribunal pour un mandat de quatre ans. “Le chef d’entreprise ne doit pas craindre de venir vers nous. La loi prévoit la confidentialité d’une telle démarche et l’entrepreneur reste maître de son entreprise. Mais les chiffres démontrent une nouvelle fois, à l’évidence, que le tribunal de commerce n’est saisi et n’intervient que lorsque la situation ne peut plus être redressée, a expliqué Roger Brunel. La prévention des difficultés des entreprises peut être et doit être encore et toujours largement développée. Et bien qu’elle s’inscrive dans une procédure qui ne peut être initiée que par la seule volonté du chef d’entreprise. Notre rôle à tous, dans cette prévention, est essentiel”.
Placée sous la présidence de Roger Brunel, au centre, la nouvelle équipe du tribunal de commerce a été présentée mardi dernier.
Placée sous la présidence de Roger Brunel, au centre, la nouvelle équipe du tribunal de commerce a été présentée mardi dernier. - © J.-M. A.

Deux nouvelles recrues

Ce constat faisait suite au bilan de l’activité de cette juridiction pendant l’année écoulée. Mais auparavant, Roger Brunel a tenu à saluer l’arrivée de deux nouveaux magistrats au sein de son équipe : Florence Boudou et Marie-Pierre Lours. Elles remplacent respectivement Jean-Louis Belloc et Pierre Boisset. La première est gérante de Cantal BTP ; la seconde d’Eureau Source. “Ce sont deux nouvelles recrues, deux femmes très motivées et qui se sont intégrées avec des prédestinations manifestes. Leurs nouvelles compétences nous serons très utiles”. 

"Professionnalisme et rigueur"

Une compétence à laquelle le tribunal de commerce tient beaucoup et dont Nathalie Bany, procureur de la République, a fait l’éloge. “Je ne peux que saluer le travail qui a été fait jusqu’à aujourd’hui et constater le professionnalisme et la rigueur de chacun des juges consulaires, mais également la disponibilité des collaborateurs et du concours qu’ils apportent”. Devant des situations rencontrées souvent difficiles, surtout quand il s’agit d’hommes, de femmes et d’emplois à la clé, le tribunal de commerce peut jouer un rôle majeur. C’est ce qui anime Roger Brunel, engagé depuis maintenant dix ans et élu président en 2004. 

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Union du Cantal se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 23 unes régionales aujourd'hui