L'Union du Cantal 14 novembre 2007 à 00h00 | Par Renaud Saint-André

Le taurillon salers, un produit facile à mettre en œuvre

À l’heure où les abatteurs cherchent à grossir les volumes, une nouvelle production est proposée.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Vendredi 28 septembre, la coopérative des Éleveurs du pays vert (du groupe Altitude) a organisé une journée portes ouvertes au Gaec Leybros d’Ayrens pour présenter la production de taurillons salers finis. Les divers intervenants ont permis de découvrir les itinéraires techniques et la conduite alimentaire à suivre pour lancer cet atelier d’engraissement et ainsi diversifier ses revenus. En outre, la marge garantie par contrat était détaillée par les spécialistes. Certes, les taurillons de race pure, produits sous le cahier des charges CCP éleveurs du Pays vert, ne sont pas actuellement démarqués depuis cette période “de démarrage”. L’objectif étant bien de sortir ces produits spécifiques de la filière du jeune bovin classique.
Une cinquantaine d’exploitations étaient représentées à la journée de présentation, avec notamment les grandes recettes et petites astuces pour engraisser le taurillon, adressées par des techniciens de Centraliment.
Une cinquantaine d’exploitations étaient représentées à la journée de présentation, avec notamment les grandes recettes et petites astuces pour engraisser le taurillon, adressées par des techniciens de Centraliment. - © R. S.-A.

La relance du jeune bovin

Mais il faut pour cela suffisamment de producteurs engagés pour assurer le minimum de dix animaux par semaine qui sera exigé toute l’année. Et c’est précisément pour susciter des vocations qu’il est proposé dès à présent aux éleveurs de la valeur ajoutée garantie. L’idée est la suivante : Altitude propose à ses adhérents naisseurs-engraisseurs ou engraisseurs, une rémunération minimum du kilo de gain de poids vif, après le neuvième mois de l’animal. Sachant que le  gain  moyen quotidien (GMQ) est de 1,330 kg/jour. Soit 320 kg pour des animaux  qui, une fois prêts, atteignent 670 kg en vif pour un poids carcasse de 380 kg. Cette marge garantie est de 1,2 euro/kg pour les naisseurs-engraisseurs et 1,3 euro pour les seuls engraisseurs (confrontés à un peu plus de charges). En suivant l’itinéraire préconisé, la marge peut atteindre les 100 euros par tête... L’alimentation reste classique avec notamment de l’ensilage de maïs et du fourrage produit sur l’exploitation. L’engraissement nécessite en moyenne 1,7 tonne de matière sèche et 730 kg de concentré. On peut aussi remplacer le maïs par de l’ensilage d’herbe... “C’est une production qui prend peu de temps et finalement assez peu contraignante, hormis en termes de traçabilité. Un volet qui reste strict, avec des visites d’organismes certificateurs”, convient Martial Benoît d’Estivaud de la coopérative. 

Un produit valorisant

Les taurillons engraissés sont commercialisés sur le marché national, en grandes et moyennes surfaces (GMS). Ce produit profite d’une image bien plus valorisante que la vache de réforme et devrait bénéficier d’un apport bien plus régulier, apprécié de la grande distribution. Le produit pourra apparaître sous des marques de distributeurs où sous celle auquel le groupe Altitude est en train de travailler. Au printemps prochain, tous les éleveurs - adhérents ou non - seront conviés à des rencontres pour présenter diverses filières à même d’alimenter l’activité de l’abattoir : taurillons salers bien sûr, mais aussi génisses croisées, et même vache de réforme laitière où la demande reste encore forte. 

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Union du Cantal se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 20 unes régionales aujourd'hui