L'Union du Cantal 29 novembre 2006 à 00h00 | Par P.Piganiol

Le sous-directeur de l’APCA tord le cou aux discours alarmistes

Devant les élus de la Chambre d’agriculture, Lucien Bourgeois, sous-directeur de l’APCA, a tordu le cou aux discours alarmistes sur l’avenir de l’agriculture.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Lucien Bourgeois (à droite) participait lundi 27 novembre à une session de la Chambre d’agriculture.
Lucien Bourgeois (à droite) participait lundi 27 novembre à une session de la Chambre d’agriculture. - © L'Union du Cantal
“Rassurer”, “dédramatiser” : c’est avec ce dessein, sur la base d’une analyse des “forces et faiblesses de l’agriculture française” que Lucien Bourgeois, sous-directeur de l’APCA (Assemblée permanente des chambres d’agriculture) est intervenu lundi 27 novembre devant la session de la Chambre d’agriculture du Cantal. Une dernière session de la mandature consacrée donc “à la réflexion et à la prospective”, résume Bernard Berthelier, directeur de l’établissement. Chargé des études économiques et des systèmes d’information à l’APCA, président de la Société française d’économie rurale, Lucien Bourgeois délivre une analyse qui tord le cou aux discours parfois alarmistes sur le devenir des politiques agricoles et de l’agriculture. Une analyse de nature aussi à enlever des complexes à des agriculteurs qui doutent de l’avenir de leur métier, voire de la légitimité des aides qu’ils reçoivent.
“L’agriculture dans une situation plutôt favorable”
“Je suis toujours frappé de voir à quel point le milieu agricole a tendance à prendre au pied de la lettre les discours alarmistes ou fatalistes”, souligne Lucien Bourgeois, selon qui il faut bien admettre que l’agriculture française se trouve au contraire aujourd’hui dans une situation plutôt favorable après les “retournements de tendance de 2006”. Il évoque d’abord l’échec des négociations à l’OMC (Organisation mondiale du commerce) en constatant que, même les Etats-Unis, chantre du libre échange, ont jeté l’éponge face à la résistance de l’Union européenne sur les questions agricoles. Ce qui lui paraît être un bon signe. L’ouverture des frontières tant redoutée n’a donc pas eu lieu, et les cours de la viande bovine sont restés bons tout au long de l’année. Tandis que le prix des céréales s’est envolé de 60 % sous l’effet d’une réduction de 5 % de la production mondiale, liée en grande partie à la canicule sur l’Europe, qui reste le premier producteur mondial de blé.
“Il y aura toujours besoin d’une politique agricole”
Lucien Bourgeois se montre d’autre part rassurant sur l’avenir de la Politique agricole commune et des soutiens publics : “Ce n’est pas demain la veille qu’on pourra se passer d’une politique agricole. On pourrait à la limite l’appeler autrement, mais on aura toujours besoin au moins d’une politique alimentaire qui aura des incidences sur la production agricole... Et qu’on ne nous raconte pas que le marché peut résoudre tous les problèmes”. Car l’agriculture est un secteur sensible aux aléas climatiques notamment, qui ne peut se passer d’une régulation par les pouvoirs publics : “Je dis souvent que chacun d’entre nous mange trois fois par jour et qu’il faut un an pour produire un grain de blé... et c’est quelque chose qui n’est pas prêt de changer”. Pour des raisons de sécurité dans l’approvisionnement alimentaire, les gouvernements ne pourront donc jamais, selon lui, laisser tomber les agriculteurs. “C’est pourquoi, quand on me demande dans les écoles si l’agriculture est un secteur d’avenir, je n’ai aucune angoisse à encourager un jeune à rentrer dans une formation agricole ou à s’installer... Je n’en dirai pas autant si on me posait la question pour des secteurs comme l’automobile, le textile ou la sidérurgie”, remarque-t-il.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Union du Cantal se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 23 unes régionales aujourd'hui