L'Union du Cantal 30 janvier 2013 à 09h23 | Par Jean-Marc AUTHIÉ

Le service de répit à domicile est opérationnel pour les aidants familiaux

Le dispositif départemental d’aide aux aidants familiaux est une création collective où partenariat public, privé et associatif prend tout son sens.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
C’est sans doute une action très innovante en Auvergne, voire en France. Le dispositif départemental d’aide aux aidants familiaux du Cantal vient de lancer son service de répit à domicile. Objectif : permettre aux aidants de souffler, prendre du temps pour eux sans pour autant laisser de côté les aidés. En l’occurrence, et pour ce qui est encore une expérimentation sur un an, il s’agira de proposer un nouveau service aux aidants familiaux s’occupant de personnes âgées et de personnes handicapées adultes. “C’est le fruit d’une expérience acquise et surtout le constat d’un besoin exprimé par le dispositif aux aidants lancé en 2011 grâce au concours de plusieurs partenaires (lire article ci-dessous)”, expliquent les membres.
Tous les partenaires réunis pour lancer le service du service de répit à domicile sur le département.
Tous les partenaires réunis pour lancer le service du service de répit à domicile sur le département. - © J.-M.A

De trois à cinq heures sur un forfait limité à 15 heures


On estime, dans le Cantal, le nombre d’aidants familiaux entre 4 500 et 8 000. C’est volontairement donc que l’expérimentation est limitée. Le service de répit aura pour vocation de relayer l’aidant familial au domicile, auprès de la personne aidée, afin de lui laisser du temps donc, mais également “de lui apporter un soutien grâce à l’intervention de professionnels compétents et formés”. Grâce à la permanence téléphonique ouverte du lundi au jeudi, de 13 h 30 à 17 heures au 04 71 43 14 16, les aidants familiaux pourront ainsi faire appel au service. Au bout du fil, Marie-Christine se chargera de relayer l’information auprès des deux prestataires professionnels retenus : l’ADMR et l’ASeD. Reste alors à l’aidant familial à faire son choix. La nature de la prestation se décompose comme suit : - l’aidant familial bénéficie d’un temps de répit d’une durée de trois à cinq heures, du lundi au samedi (sauf les jours fériés). Le tout, dans la limite d’un forfait de 15 heures et d’une intervention maximum par semaine durant la période expérimentale ; - afin de bénéficier d’une véritable expérience de répit, l’aidant s’engage autant que possible sur la durée effective de 15 heures dans les six mois à partir de la première intervention ; - pour des raisons de logistique, l’aidant doit prévenir le service de répit au minimum une semaine avant le jour de l’intervention ; - en cas d’annulation, il doit prévenir 48 heures à l’avance sauf situation d’urgence (hospitalisation, placement...). Toute prestation non décommandée sera considérée comme due. Côté tarif, le coût du service est de 21 euros de l’heure. Mais l’usager n’en payera que trois. Le dispositif d’aide aux aidants familiaux prend en effet en charge les 18 euros restants grâce au soutien financier d’AG2R La Mondiale, du Conseil général, de la Carsat, de France Alzheimer et de la MSA.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Union du Cantal se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 23 unes régionales aujourd'hui