L'Union du Cantal 14 mai 2008 à 00h00 | Par Renaud Saint-André

Le retour en force de la “colo”, l’école qui forme des citoyens

Pour la deuxième année consécutive, une campagne de communication est organisée en direction des parents pour faire connaître l’intérêt des séjours pour enfants.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Après ce qui ressemble à un “creux de la vague”, les séjours de vacances pour enfants auraient de nouveau la côte. Cela dit, le Cantal, au décor naturel riche et aux multiples possibilités de loisirs de plein air, s’en est toujours assez bien sorti. Ainsi, le nombre d’enfants venant de l’extérieur séjournant dans le département n’a pratiquement pas fléchi sur la période 2000-2005. Il augmente même sur ces deux dernières années (mais la réglementation oblige depuis 2006 à déclarer tout séjour dès la première nuit, au lieu de la quatrième auparavant). Mais il est clair que si la tendance s’inverse, c’est aussi en grande partie grâce à une politique volontariste des propriétaires de locaux. En témoigne la réouverture de quelques grosses structures comme le centre appartenant au comité d’entreprise Total de Beaulieu, celui de l’ORTF à Vic-sur-Cère ou du CCAS de Verrières-le-Buisson à Lanobre.
Le préfet a visité un centre de vacances pour se faire une idée plus fine de ce que proposent les structures du Cantal.
Le préfet a visité un centre de vacances pour se faire une idée plus fine de ce que proposent les structures du Cantal. - © R. S.-A.

Plus de 10 600 enfants accueillis

En outre, le nombre de petits Cantaliens partant en séjours de vacances, tant dans le département qu’à l’extérieur, augmente aussi de manière significative. En 2007, le Cantal a accueilli pas moins de 262 séjours, bénéficiant à 10 643 enfants, et organisé 118 séjours à l’extérieur du département, qui ont profité à 4 421 jeunes. Ce dernier chiffre est en hausse spectaculaire. Seulement 1 727 petits Cantaliens partaient en groupe à l’extérieur du département en 2000... Les campagnes de communication, pilotées conjointement par l’association nationale Jeunesse en plein air et le ministère de la Jeunesse et des Sports, n’y sont sans doute pas étrangères. “Les colos, c’est bon pour grandir”, affirme le dernier slogan repris sur des affichettes et des plaquettes qui précisent qu’un dispositif d’aides financières est mis en place en fonction des revenus. 

Des aides pour les vacances

À ce sujet, les parents intéressés peuvent se renseigner auprès de l’antenne départementale de Jeunesse en plein air, ou de la caisse d’allocation familiales dont dépend le foyer. La MSA du Cantal précise par exemple que des “bons vacances” sont attribués aux familles allocataires sous condition d’âge et de ressources. D’autres aides sont versées directement aux structures, avec toujours pour objectif de rompre l’isolement des enfants, pendant les périodes de vacances scolaires.  

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Union du Cantal se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 21 unes régionales aujourd'hui